Blocage de l’importation, absence de contrôle, de régulation… L’incroyable flambée des prix !

Les dispositions et décisions prises par le ministre du Commerce, Kamel Rezig pour réduire la facture des devises ont un coût terrible pour les algériens. Blocage et bureaucratisation de l’importation, absence de tout contrôle et de régulation du marché du gros et du détail, aveux d’impuissance à travers des discours faisant intervenir la fatalité divine, ont ouvert toutes grandes les portes des pratiques de prix les plus hallucinantes. En effet, la presse rapporte ce lundi 19 septembre, que les prix des produits de large consommation ont tout simplement explosé, quand ces derniers ne sont pas tout simplement absents des étales.

 Selon Algérie 360, « les prix dans les supérettes (produits alimentaires, produits d’hygiène et d’entretien) ont grimpé de 20%, 30%, voire de 40%. Idem pour les fruits et les légumes. Même ceux de saison (tomates, poivrons, pommes, figues…) se vendent à des prix indécents ».

20, 30, 40% d’augmentation pour un salaire calculé sur un SMIG à 100€ !

Côté légumes d’abord, les prix de ces derniers sont pour le moins élevés pour la période. Ainsi, bien que de saison, la courgette se vend à 85 DA/kg, les tomates, à 110 DA/kg, les poivrons, à 180 DA/kg et les haricots verts, à 190 DA/kg. Quant à la pomme de terre, légume roi, son prix est au environ de 70 DA/kg. Les œufs, principales sources de protéines de la majorité de nos concitoyens, coûtent 18 DA l’unité et 500 DA le plateau.

Concernant les fruits, la situation est tou simplement alrmante. Hormis le raisin blanc dattier que le consommateur peut s’offrir à partir de 140 DA le kilogramme, les autres fruits sont quasi inabordables. Ainsi, la pomme vaut 400 DA/kg, la figue, 450 DA/kg et la banane, 400 DA/kg.

Passons maintenant à ce qui constituaient jadis la « subsistance des pauvres », les légumes secs. Ayant doublé au cours des deux dernières années, leurs prix continuent d’augmenter. Ces derniers jours, ils ont encore connu une majoration de 35 DA. Ainsi, le kilo de lentilles coûte désormais 290 DA, celui du haricot blanc, 240 DA et le kilo de pois chiche, 360 DA. Le riz étuvé est vendu à 180 DA/kg et le basmati, 390 DA/kg.

Du reste, la hausse du cours mondial du PET a provoqué l’augmentation du prix des pack d’eau minérale. Celui des marques Ifri, Saïda et Guedila est passé de 200 à 210 DA (+10 DA). Pour les marques Nestlé et Lala Khedidja, il atteint 230 DA.

Enfin, et en ce qui concerne l’huile de table, en dépit du démenti de Cevital sur l’existence d’une crise qui touche le produit, celle-ci reste introuvable dans plusieurs commerces.

Ces augmentations n’épargnent pas les produits d’hygiène et d’entretien. Ainsi, le paquet classique de lessive en poudre (350 g) coûte désormais 85 DA au lieu de 70. Le prix du liquide-vaisselle a carrément explosé pour atteindre 190 DA (auparavant 110 DA).

Rappelons enfin que les salaires en Algérie sont calculés sur la base d’un SMIG à 20.000 DA (prés de 100€). Selon le rapport du magazine d’affaires américain CEOWorld, paru cet été 2022, l’Algérie compte parmi les 7 pays dotés du plus faible salaire au monde.

Salaire moyen : 385 $ au Maroc, 277 $ en Tunisie et… 249 $ en Algérie ! (Étude)


L’usine Candia à l’arrêt : L’autorisation d’importation de poudre de lait bloquée !  


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :