“Il autorise sa production et interdit sa distribution !”: L’État organise-t-il le marché noir des bières algériennes ? Maamar Farah s’interroge…

Tango, Beaufort… La quadrature du cercle / Par Maamar Farah

La photo d’une saisie par la police d’Oum-el-Bouaghi m’a interpellé. J’ai zoomé et j’ai découvert des cannettes et des bouteille de bière ! J’ai lu Tango, Beaufort, etc. C’est-à-dire des boissons qui sortent de vraies usines, connues et reconnues, dont les patrons paient leurs impôts et sont en règle avec la sécurité sociale. Je me suis alors posé ces questions : si ces usines ont une grande production (270 millions de litres d’alcool qui ont été consommés en Algérie en 2017) et si les réseaux de distribution sont interdits par des walis fricotant avec l’islamisme, n’est-ce pas l’État qui, hypocritement, encourage la vente illégale de cette bière ?

Maamar Farah, Le 29 mars 2021


Sur le même sujet :

Ces 270 millions de litres d’alcool au Marché noir qui font le bonheur des responsables qui l’interdisent sous couvert de religiosité !


Lire aussi :


Débits de boissons fermés : Arrestation de 5 femmes voilées en possession de 6205 bouteilles d’alcool à Naama !



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :