“Le musulman Bachagha est Algérien, le juif Iveton non !” Metref répond à Ghlamllah !

Effet de l’âge, ou celui produit par ce nouvel islam haineux et obscurantiste, qui domine la société algérienne et arabo-musulmane plus globalement, l’ex-ministre de Bouteflika de la religion au nom qui comporte curieusement deux fois le mot « allah » : Bouabdellah Ghlamallah, en aura irrité plus d’un.

Parmi ces derniers, le chroniqueur du Soir d’Algérie Arezki Metref. Dans a chronique du 4 mai, il écrit :

Arezki Metref, Le 9 mai 2021

(…) Ce serait injuste de ne pas reconnaître que le travail de sape islamiste dans les appareils du pouvoir est antérieur à la chute de Bouteflika et au coup de menton de Gaïd Salah. Mais aujourd’hui, la régression même pas féconde est telle que de hauts responsables osent, au nom de cet islamisme, imposer des lectures révisionnistes de l’Histoire.

C’est ce qu’a fait, toute honte  bue,  Bouabdellah Ghlamallah, un résidu du bouteflikisme, ministre des Affaires religieuses d’Abdelaziz Bouteflika et actuel président du Haut Conseil islamique, une institution dont les 15 membres sont directement nommés par le président de la République.  A l’occasion du 90e anniversaire de l’Association des Oulémas, il a ouvert les vannes de l’étroitesse décomplexée, en déclarant que « l’Algérien ne peut être que musulman ».

Le blasphème contre la vérité historique a été proféré dans le cadre de la commémoration concernant une association connue pour l’assimilationnisme de ses fondateurs.

Contre-vérité historique, c’est une insulte à la mémoire de tous les non-musulmans, qu’ils soient juifs, chrétiens ou agnostiques, qui ont combattu pour l’indépendance de l’Algérie.

C’est une insulte au sacrifice de Fernand Iveton, exécuté par le bourreau colonialiste à la prison de Barberousse en 1957. C’est une insulte à Maurice Audin, enlevé et assassiné par les parachutistes français pour son engagement en faveur de l’indépendance de l’Algérie. C’est une insulte à Henri Maillot qui a, au prix de sa vie, volé un camion d’armes à l’armée française, permettant aux maquisards de renforcer leur combat. C’est une insulte à Annie Steiner qui vient de nous quitter dans l’indifférence et même l’ingratitude du pouvoir auquel appartient Ghlamallah. C’est une insulte à la mémoire de Maurice Laban, de Raymonde Peschard, ces militants communistes algériens d’origine européenne qui ont choisi le camp de l’indépendance. C’est une insulte à Daniel Timsit.  C’est une insulte à William  Sportisse. C’est une insulte à la mémoire du  cardinal Duval, à celle d’Henri Teissier et du Père Scotto et de dizaines d’autres hommes et de femmes d’Église et de religion chrétienne qui ont payé de différents sacrifices leur engagement en faveur d’une Algérie indépendante et fraternelle.

Si être algérien comme le dit Ghlamallah, c’est être musulman et uniquement musulman, c’est une insulte à leurs mémoires à toutes et à tous.

Par contre, c’est une réhabilitation de traîtres avérés. Selon ce postulat, Fernand Iveton ne serait pas algérien alors que le bachagha Boualam, musulman, lui, le serait sans problème ainsi que les 200 000 musulmans ayant adhéré au Front Algérie française qu’il a créé en 1960 pour combattre l’indépendance qui permet à Ghlamallah d’expectorer autant d’ingratitude. »

Chronique intégrale : La fatwa révisionniste de Ghlamallah


La rédaction vous conseille :

Vérités sur l’association de l’association des Ulama musulmans algériens


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :