“A Sétif, Pour deux sacs de lait il faut acheter un sachet de CHERBET”: L’archaïsme Rezig !

Le gestion religieuse d secteur du Commerce par son ministre Kamel Rezig fait sortir les normes du secteur de toute logique. Ainsi, appeler les commerçants à faire preuve de piété en guise de système de régulation continue à enfoncer la pratique commerciale dans un archaïsme qui n’a toujours pas montré son fond.

Dans son édition de ce lundi 11 avril, Liberté rapporte un nouveau phénomène sur lequel se sont agrippés des commerçants, profitant de l’absence de l’état, pour renflouer leurs trésoreries.

Ainsi, après la vente concomitante de deux sachets de lait subventionné et d’un sachet de lait de vache, des commerçants ont trouvé une autre formule en ce mois sacré du Ramadhan pour écouler leurs marchandises.

En effet, indique le quotidien, certains épiciers de la wilaya de Sétif n’ont pas trouvé mieux que de vendre deux sachets de lait subventionné avec l’obligation d’acheter un sachet de jus cherbet d’un litre. Un chantage « Hallal », puisque la seule référence pour ces pieux commerçants reste la formule salafiste : « le commerce est Hallal ».


“Dès qu’il s’occupe d’un produit, il disparaît !” : Maamar Farah se paye Rezig !


Un commentaire sur ““A Sétif, Pour deux sacs de lait il faut acheter un sachet de CHERBET”: L’archaïsme Rezig !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :