Échange Ben M’hidi-Benbella : Découvrez la scène à l’origine de l’interdiction du film “Ben M’hidi” de Bachir Derrais… (Vidéo)

Le film consacré à Larbi Ben M’Hidi du réalisateur Bachir Derrais est toujours frappé de censure depuis plus de 3 ans. Un extrait du film paru sur internet donne un petit aperçu sur une des scènes qui suscite le mécontentement de la commission de visionnage du ministère des Moudjahidine, qui voudrait que le film raconte l’histoire telle que ses membres l’imaginent et non comme elle s’est produite… L’idéologie, le mensonge de ces rentiers, 60 ans après, reste tenace !

Le Caire, 1956 – Réunion ou sont présents Ben Mhidi et Benbella

Benbella :

Je ne comprends pas cette ineptie de la priorité de l’intérieur sur l’extérieur. Comment voulez-vous qu’on ait une crédibilité pour discuter avec les président du monde ? Si je ne me présentais pas comme responsable du FLN, qui accepterait de me parler ?

Je suis là pour rassembler les égyptiens et les algériens. Djamel Abdenasser et « Sawt el Arabe » sont des atouts surs pour notre combat.

Mehsses, toi et Boudiaf, je vous demande de faire votre maximum de faire de même avec la Libye et le Maroc.

Ben Mhidi :

Et nous à l’intérieur, on fait quoi ? ça fait deux ans que vous ne nous avez même pas envoyé une balle. Vous pouvez nous expliquer ce que vous faites ? Et de plus, les Marocains et les Libyens sont avec nous depuis longtemps. Tu te prends pour le chef parce que t’as pris un thé avec Abdenasser ?

Benbella se lève :

Fais attention à ce que tu dis !

Larbi Ben Mhidi :

Je dirai ce que j’ai à dire ! Tu te prends pour qui ? T’es heureux de l’opération que t’a fais à la poste d’Oran qui a fais de toi un leader !?

Cut

 Bachir Derrais explique…

Dans une interview accordée à Jeune Afrique en 2018, le réalisateur Bachir Derrais explique pourquoi son film est censuré par la commission de visionnage du ministère des Moudjahidine.

Il dit entre autre :

« La commission n’a pas apprécié que le film évoque les désaccords entre les chefs historiques du Front de libération nationale (FLN), ainsi que la guerre de leadership qui avait opposé d’un côté Ahmed Ben Bella et la délégation extérieure et de l’autre Larbi Ben M’Hidi, Abane Ramdane et le CCE (Comité de coordination et d’exécution) ».

Bachir Derrais ajoute que la commission va encore plus loin « en me reprochant d’avoir porté atteinte aux symboles de la révolution, ce qui constitue un délit pénal passible de prison….. C’est totalement surréaliste. On fait le procès d’une œuvre cinématographique qui repose entièrement sur les écrits et les témoignages de ces mêmes chefs ainsi que sur les récits de témoins directs dont les livres se vendent librement en Algérie.: »  

Voir l’inégale de l’interview


Archivophobie : pourquoi les Algériens ont-ils peur de leurs archives ? Par Amine Zaoui


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :