“Leur souhaiter bonne fête Haram, demander leur aide Hallal” : Djabelkhir commente le paradoxe des musulmans…

En cette période de fêtes de fin d’année, les réseaux sociaux sont bombardés de fetwas et autre avis religieux appelant les musulmans à ne pas souhaiter bonnes fêtes aux non-musulmans, qualifiés de kouffars (mécréants). Des campagnes devenus tradition, notamment sur la toile algérienne.

Sur le sujet, l’islamologue Said Djabelkjhir n’a pas manqué de rappeler à travers une petite réflexion que c’est chez « ces koufars » que des millions de musulmans rêvent de s’installer, en prenant tous les risques, afin d’y trouver ce que leur société « très pieuse » ne leur a pas accordé, à commencer par la dignité.

Ainsi, sur sa page facebook, l’islamologue publie une photo de migrants accompagné d’une légende :

« Leur souhaiter bonne fête haram, demander leur aide hallal »

Ces bourreaux devenus victimes…

Commentant le phénomène migratoire et ces jeunes fuyant leur société, l’auteur Kamel Daoud écrivait dans une de ses chroniques : « Les jeunes clandestins se filment à Paris ou ailleurs, riant, insultant ceux qui sont restés plantés sur un sol inutile, huant le président du moment, la lâcheté, et montrant des filles occidentales heureuses et libres, des terrasses et des jardins. Tout ce qu’ils n’ont pas dans leur pays d’origine. Mais aussi ce qu’ils refusent à eux-mêmes et aux leurs. Car ceux-là mêmes qu’on présente comme victimes innocentes du mal-être du « Sud » y sont aussi les bourreaux de leur corps et de leurs rêves. »

Ils battissent des prisons chez eux et fuient vers ailleurs ! Les Haragas vus par Kamel Daoud


“Les haragas une fois en France font la promo de la Charia… en Algérie” (Mouna Bekkis)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :