“Ils peuvent demander à rejouer le match comme l’Algérie”: L’arbitre mexicain répond à la plainte des marocains…

La Fédération marocaine de football (FRMF), qui estime que les Lions de l’Atlas ont été privés de «deux penalties incontestables» lors de la demi-finale du Mondial perdue contre la France (2-0), a annoncé jeudi avoir saisi «l’instance compétente» pour contester l’arbitrage.

«La FRMF a adressé une correspondance à l’instance compétente dans laquelle elle revient sur les situations arbitrales ayant privé la sélection marocaine de deux penalties incontestables de l’avis de plusieurs spécialistes de l’arbitrage», indique la Fédération marocaine dans un communiqué.

La fédération marocaine «ne ménagera aucun effort afin de défendre et préserver les droits des sélections nationales en prônant l’équité dans l’arbitrage et en dénonçant ces décisions arbitrales prises au cours» de cette demi-finale, est-il encore écrit.

« Demandez à rejouer le match »

La réplique de César Arturo Ramos, l’arbitre qui a officié la rencontre entre le Maroc et la France ne s’est pas faite attendre.

Dans un message sur son compte Instagram, le referee mexicain, moqueur, a appelé les marocains à demander de rejouer le match.

“S’il vous plaît, soyez patient. Si vous n’êtes pas satisfait du match, vous pouvez déposer une objection collective via le site Internet de la FIFA et le match pourra être rejoué”, a t-il écrit sur son compte Instagram en guise de réponse.

Les internautes n’ont pas manqué de faire le parallèle avec la réclamation des algériens suite à l’élimination de leur équipe par le Cameroun au dernier tour des éliminatoire de la même coupe du monde, le mois de mars dernier. Une élimination attribuée à l’arbitre guinéen Bakary Gassama.

Élimination de l’Algérie du Mondial : Un ex-joueur de l’EN accuse… Jamel Debbouze !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :