Halloween en Arabie Saoudite choque les musulmans de… France !

Des dizaines d’influenceurs, Youtubeurs et TikTokeurs français se relaient depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce qu’ils considèrent être une hérésie qui s’est produite en Arabie Saoudite durant la fin du mois d’octobre 2022. Ils se disent ainsi, choqués par la célébration de la fête d’halloween à Riyad, capitale du Royaume wahabite d’Arabie Saoudite.

Lire l’article : “Où sont les fatawistes algériens ?” : Djabelkhir commente Halloween à Riyad…

Pour ces jeunes français, « les saoudiens sont sortis de la voie d’Allah » et prédisent une prochaine catastrophe qui devrait s’abattre sur le royaume, voire sur tous les musulmans si ces derniers ne font pas front pour combattre les agissements de « Shaitane » (Satan) qui a égaré leurs frères et sœurs saoudiens ».

Le jeune français qui anime la chaîne « Bilal Al Laksari » souligne que « ce n’est pas la première fois que l’Arabie saoudite fête Halloween ». Accompagnant sa vidéo d’une musique islamique et usant d’une voix grave et calme, il dit que ce qui se passe en Arabie saoudite « est très grave. Ils se déguisent en chayatine (démons) et en tout ce qui peut -être négatif. C’est une fête qui n’a aucune positivité. Cela peut avoir une très mauvaise influence sur vous. Que dieu nous pardonne et nous guide ».

L’islam de France, l’un des plus rigoristes parmi la cinquantaine de lectures et pratiques connues de cette religion, continue ainsi de surprendre de nombreux observateurs qui voient en la France la terre promise du salafo-wahabisme suite à la lutte acharnée que lui mène le prince héritier saoudien Mohamed Benselman qui a promis de l’éradiquer « par tous les moyens ».

Le 31 octobre, Le Courrier International rapportait dans un mini-reportage l’ambiance qui a régné à Riyad durant la célébration de la fête d’Halloween.

Halloween en Arabie saoudite : de l’interdiction à l’engouement

Récemment encore, les Saoudiens risquaient de se faire arrêter par la police s’ils osaient enfreindre l’interdit de célébrer des fêtes non islamiques. Désormais, les autorités encouragent la jeunesse à se divertir afin de renvoyer l’image d’un pays qui se modernise, rapporte “The New York Times”.

“Dans certains quartiers de Riyad, la capitale saoudienne, on avait l’impression que des créatures d’une maison hantée s’étaient échappées pour prendre possession de la ville”, rapporte The New York Times après un “week-end de l’horreur” organisé le jeudi 27 et le vendredi 28 octobre pour la deuxième année consécutive.

Étant donné “l’ambiguïté stratégique” que les autorités entretiennent à propos de “changements sociétaux qui déferlent sur le pays”, il ne s’agissait pas à proprement parler de célébrer Halloween. Mais le fait est que les dates tombaient opportunément juste avant cette fête que les Américains parviennent de plus en plus à exporter dans le reste du monde.

“Partout, il y avait des monstres, des sorcières, des braqueurs de banque et même les coquines femmes de chambres françaises”, témoigne Vivian Nereim, la correspondante en Arabie saoudite du journal américain, qui y voit un signe des énormes changements intervenus ces dernières années dans le pays.

Il n’y a pas si longtemps, “célébrer des fêtes non islamiques telles que la Saint-Valentin, Noël ou Halloween était tabou”, rappelle le journal. “En 2018 encore, la police [avait] pris d’assaut une fête d’Halloween et procédé à des arrestations”.

Divertissement mais pas de liberté d’expression

“Cela ne faisait pas partie de nos traditions, concède Yasser Al-Hazzazi, un Saoudien de 21 ans. Mais on aime découvrir des choses nouvelles.” La semaine dernière, le jeune homme s’est déguisé avec une “compresse maculée de sang autour de la tête et du visage” pour rejoindre, avec son cousin Yahya, vêtu d’une robe blanche tachée de la trace d’une main ensanglantée, “une foule de gens affublés de cornes de diable et d’oreilles de lapin”.

Fêtes, foires, concerts géants et festivals en tout genre se multiplient dans le royaume depuis l’annonce du plan de diversification économique par le prince héritier, Mohammed Ben Salmane (MBS), en 2016. Ils satisfont largement la jeunesse saoudienne, qui était “assoiffée de divertissements”, rappelle le journal.

“Mais en privé, certains déplorent que cette poussée de divertissement ressemble à une distraction des défis économiques, tels que le chômage, ou politiques, tels que l’absence de liberté d’expression.”

Courrier international, Le 31 octobre 2022


Arabie Saoudite : Costumes de Père Noël, Sapins, Guirlandes… MBS autorise la vente de produits de Noël !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :