“Ni… ta mère. Ta sœur la pu…”: Le Handball algérien fait son AG ! (Vidéo)

« Ni… ta mère », « Ta sœur la pu… ». La liste des phrases de petites frappes proférés par les professionnels et représentant du Handball algérien n’ont pas manqué lors de la tenue, samedi dernier, de l’Assemblée Générale de la Fédération algérienne de handball (FAHB). Les propos crus, un chef d’œuvre de vocabulaire de petites racailles, ont fusé des gueules de cette nouvelle génération de responsable et d’acteurs de ce sport, qui dans un temps aujourd’hui lointain procurait des médailles à l’Algérie au lieu de bagarres de gangs voulant placer leur poulain.

Au final et sans commentaire voici en photo la « personnalité sportive » élue à la tête du handball algérien : Une femme voilée dont personne n’a jamais entendu parler du nom de Karima Taleb :

Ce cirque typiquement « AROUBI » (Arabe d’Algérie) dont les images ont fait le tour de la toile, a été longuement commenté.

Le journaliste du Soir d’Algérie, Slimane Laouari lui a même consacré sa chronique du jour, ce mercredi 26 octobre.

Ce sont ces énergumènes qui dirigent notre handball ? Je comprends, maintenant / Par Slimane Laouari

Il y a des télévisions algériennes que je ne regarde pas mais que je… vois tous les trente-trois du mois. Souvent, je m’y arrête parce que je suis désespéré après un laborieux et interminable tour de zapette. Ou alors par des jours d’ennui sidéral. Découragé — dégoûté — blasé, tout devient dérisoire, tout se ressemble et rien n’a de l’importance. Alors, «se garer» sur une station ou une autre compte pour du beurre. La tête ailleurs et les yeux perdus quelque part entre le plafond et la tirette du rideau l’écran devient décor inutile. Il est là parce qu’il y est depuis toujours, contrairement à l’esprit en vadrouille, alternant le plus mauvais et le pire.

Sinon, les miracles n’étant pas vraiment une vue de l’esprit, il arrive que ces chaînes soient utiles et on s’y fait, la mort dans l’âme, les épaules et les lèvres en parfaite synchronisation dans la résignation, on y va, parce que l’événement n’est pas «visible» ailleurs. Du coup, on leur concède même de l’inspiration ! Une fois retombée la fièvre du jour, on se réinstalle tranquillement dans ses doux caprices et j’avoue qu’en ce qui me concerne, ça ne m’embarrasse pas outre mesure.

Tenez, c’est ce qui m’est donc arrivé avant-hier, dans la foulée de l’assemblée générale de la Fédération algérienne de handball (FAHB). Les initiales sont inutiles, je sais, puisqu’il ne doit pas y avoir grand monde pour en savoir la signification, sans l’entièreté de la dénomination. Etant un amoureux du hand, sensible par conséquent à tout ce qui a trait à son environnement, j’avais donc quelques échos, pas très rassurants — ou plutôt inquiétants sur le déroulement de ce rendez-vous au demeurant important, puisqu’il était question d’élire l’instance nationale dirigeante de cette discipline qui nous a valu tant de bonheur par le passé. Et qui connaît une longue traversée du désert.

J’ai cherché une formule moins «gentille» pour qualifier la… bérézina mais je n’en ai pas trouvé, n’étant manifestement pas dans mon meilleur jour d’inspiration. Tant pis. Et puis le pire de tout. Je me suis arrêté sur une chaine TV que je ne porte pas dans mon cœur et là aussi, je n’ai pas eu plus de succès pour dénicher des mots, disons un peu plus «hard». Mais la chaîne diffusait quand même l’assemblée générale de la «fédé» de la petite balle «comme si j’y étais» : bravo.

Oui, moi aussi j’ai mes moments de maso. Et figurez-vous, j’ai vu… Des énergumènes qui s’étripent, des incultes qui ne savent parler aucune langue, qui vocifèrent, se coupent la parole, se menacent, se donnent rendez-vous à la sortie pour… plus d’explication. Vous pensez que vous êtes au bout de vos exécrables surprises ?

Non, il y a «plus pire» : ce sont ces personnages qui élisent la fédération de handball de notre vaste et beau pays. Ils ont même une présidente. Dans l’ambiance que vous imaginez. Non, une ambiance que vous ne pouvez pas imaginer, si vous n’avez pas vu. Ou regardé, c’est comme vous voulez.

S. L.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :