Après Djelfa, l’Université de Bouira menace “les étudiantes” : Me Dabouz relève 4 violations de la Loi…

En septembre dernier, une note de l’Université de Djelfa visant « les étudiantes » était affichée dans l’enceinte de l’Université. Ce samedi, 15 octobre, plusieurs pages facebook relayent un document similaire affiché à l’Université de Bouira, tenant les mêmes propos.

On peut lire :

« AVIS IMPORTANT.

Toutes les étudiantes sont avisées que si elles sont vues avec un hommes, même un étudiant dans une salle, le couloir ou n’importe quel endroit de l’université, nous aviserons sont tuteur immédiatement. Son nom sera affiché sur le tableau d’information publique. Cette disposition sera suivie avec une extrême rigueur.

Cet avis est affiché pour que les étudiantes prennent leurs dispositions. Et une personne avertie en vaut deux. »

Me Dabouz commente :

Relayant le document, l’avocat Maître Salah Dabouz indique y avoir relevé quatre violations des droits humains, de la constitution et de la loi.

Il écrit :

« Une publication dangereuse est affichée dans une université algérienne. Cette dernière commet plusieurs violations envers les droits de l’homme globalement, mais également envers la constitution et le reste des lois de la république. Le tout dans un petit texte de cinq lignes  :

1-Considérer toutes les étudiantes dévergondées pour le simple fait d’être avec une tierce personne y compris des camardes de classe est une atteinte à la présomption d’innocence.

2-La ségrégation entre les étudiantes et les étudiants en fonction de leur sexe, en punissant l’étudiante et pas l’étudiant, tout en sachant que les faits ne nécessitent aucune punition.

3-Considérer les étudiantes mineures en les obligeant de présenter leurs parents, ce qui n’est jamais arrivé dans aucune université du monde. Il ne reste que demander la signature de ses parents sur le bulletin de notes. Il ne manque plus qu’il y’ait une association de parents d’élèves dans l’université.

4-Le département des sciences naturelles et de la terre de Bouira menace de divulguer et rendre public sur le tableau d’affichage les noms « des coupables » est une atteinte à leur dignité.


Découvrez ce que réserve l’Université de Djelfa aux filles qui parlent aux garçons !


Un commentaire sur “Après Djelfa, l’Université de Bouira menace “les étudiantes” : Me Dabouz relève 4 violations de la Loi…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :