Cours des Devises et du Pétrole du 14 septembre 2022

Taux de change du 14 septembre 2022

Square Port Said 

Pour ce mercredi 14 septembre 2022, au marché noir des devises du square Port-Saïd, l’Euro s’échange contre 209 dinars à l’achat et 211 dinars à la vente. Même taux de change pour le Dollar, soit 209 dinars à l’achat et 211 dinars à la vente.

Cours officiel 

Au niveau du marché officiel, l’Euro s’échange contre 140.40 DA à l’achat et 140.47 DA à la vente. Le dollar américain, de son côté, s’échange contre 140.57 DA à l’achat et 140.58 DA à la vente.

Taux de change / Euro – Dollar

Pour ce mercredi, l’Euro perd du terrain face à Dollar. 1 euro s’échange contre 0.99 dollar.

– Marché du Pétrole –

Cours du Brent 

Les cours du pétrole étaient en baisse, hier mardi. Ainsi, à la clôture, le Brent de la mer du nord a perdu 0.88% à 93.17 $.

Ce mercredi, vers 11H09 (GMT), il s’affiche à 92.72 $en baisse de 0.48%.

 L’actualité du Marché Financier 

Le pétrole en baisse, la persistance de l’inflation fait craindre pour la demande

Les cours du pétrole ont reculé mardi après la publication d’un indicateur américain signalant le maintien de l’inflation à un rythme très élevé, un développement qui fait craindre une récession et un affaissement de la demande d’or noir.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a perdu 0,88%, pour clôturer à 93,17 dollars. Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en octobre a lui lâché 0,53%, à 87,31 dollars.

L’inflation fait craindre pour la demande

« Le CPI a tué la poule aux œufs d’or« , a commenté Robert Yawger, de Mizuho, au sujet de l’indice des prix qui est ressorti en hausse de 0,1% en août sur un mois, alors que les économistes attendaient une baisse de 0,1%.

Avant la publication de l’indice des prix à la consommation (CPI), les cours du brut étaient résolument orientés à la hausse et se sont retournés brutalement. « C’est un événement qui présage d’une destruction de la demande » de pétrole, selon l’analyste.

Selon cet indice publié par le département du Travail, l’inflation a de nouveau ralenti en août aux Etats-Unis, à 8,3% sur un an grâce à la forte baisse des prix de l’essence, mais elle est supérieure à ce qui était attendu à cause notamment des prix de l’alimentation qui continuent de flamber.

« L’inflation se révèle beaucoup plus inquiétante » que prévu « et cela augmente le risque de voir la Fed (banque centrale américaine) pousser l’économie américaine vers une récession« , a fait valoir Edward Moya, d’Oanda, dans une note.

« Les traders s’attendent à ce que le marché connaisse une passe difficile car le consommateur va nettement faiblir du fait du niveau élevé de l’inflation de base » (hors énergie et alimentation), a expliqué l’analyste.

Pour Robert Yawger, la séquence qui s’amorce est d’autant plus mauvaise que la demande d’essence était déjà attendue en baisse, alors que vient de s’achever la saison estivale, marquée par une augmentation des déplacements.

Les stocks américains mettent la pression

« La situation n’est pas bonne, en particulier avec l’arrivée du rapport sur les stocks » américains, mercredi, que le consensus des analystes établi par l’agence Bloomberg voit montrer une hausse conséquente des réserves (+1,85 million de barils).

Si les stocks grimpent à nouveau, après le bond surprise de 8,8 millions de barils la semaine précédente, « cela met encore davantage de pression sur le brut, et d’un seul coup, vous risquez de retomber vers le plus bas de sept mois de la semaine dernière« , touché par le WTI prévient Robert Yawger.

Après avoir décroché de plus de 3% en séance, les cours du brut ont néanmoins limité leurs pertes mardi.

Pour Susannah Streeter, d’Hargreaves Lansdown, la publication de prévisions de demande inchangées par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour 2022 et 2023 a empêché que le marché ne glisse davantage.

La menace de réduction de production de l’OPEP+, l’autre facteur

L’OPEP voit toujours la demande relevée de 3,1 millions de barils par jour (mb/j) en 2022, à 100,03 mb/j, et de 2,7 mb/j  en 2023, à 102,73 mb/j .

La menace de voir l’OPEP et ses alliés de l’accord OPEP+ réduire de nouveau leur production pour enrayer la chute de prix continuait aussi de peser sur le marché.

Ma Revue De Presse DZ avec AFP


Cours des Devises et du Pétrole du 13 septembre 2022


Un commentaire sur “Cours des Devises et du Pétrole du 14 septembre 2022

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :