Le sulfureux Groupe italien ENI rachète les actifs de BP en Algérie et promet plus de gaz à l’EU !

Le sulfureux Groupe italien ENI, dans le nom est ressorti à maintes reprises dans divers affaires de corruption impliquant l’ex-ministre de l’énergie Chakib Khalil, vient d’annoncer le rachat des actifs de BP en Algérie ; la firme britannique exploitant deux grands champs gaziers sis à In Amenas et In Salah, dans le sud algérien.

C »est ce que rapporte le site Maghreb Emergent, dans son édition de ce mercredi 7 septembre. Pour ENI, « cette acquisition a une grande valeur stratégique » étant donné qu’elle « contribuera davantage à la couverture des besoins de l’Europe en gaz et renforce la présence d’ENI en Algérie », lit-on dans un communiqué qui vient d’être diffusé par le groupe italien.

Il s’agit, plus précisément, de deux concessions de production de gaz situées à In Amenas et In Salah dans lesquelles BP est actionnaire direct avec 45,89 % et 33,15 % des parts respectivement. Ces actifs sont exploités conjointement avec Sonatrach et Equinor. La production de gaz et autres produits liquides dans ces deux champs a débuté respectivement en 2006 et 2004. En 2021, les deux champs objet de cette acquisition par l’Italien ENI ont produit environ 11 milliards m3 de gaz, 12 millions de barils de condensats et de GPL. Sans l’ombre d’un doute, cette acquisition, si elle venait d’être validée par l’Algérie, renforcera davantage la présence de ENI en Algérie, un important producteur de gaz et partenaire-clé de Sonatrach. « L’opération d’aujourd’hui permettra à ENI d’augmenter son portefeuille d’actifs dans le pays et, conjointement avec les nouveaux contrats de Berkine Sud et Block 404/208 récemment signés, permettre de nouvelles opportunités de développement, principalement axées sur l’augmentation production », souligne ENI dans son communiqué.

La major italienne souligne que cette acquisition « est conforme à la stratégie d’ENI pour relever les défis actuels du marché en fournissant une énergie sûre et durable aux clients, tout en accélérant le pas sur le chemin du net-zéro ».

Cependant, cette acquisition reste tributaire de l’approbation des autorités algériennes. En effet, le droit de préemption qui donne à l’Algérie la priorité sur l’acquisition des actifs des entreprises étrangères en cas de cession avait bloqué de nombreuses transactions, faut-il le rappeler.

Toutefois, si les  précédentes transactions du genre ont buté sur le veto algérien, les accords signés en l’Algérie et l’Italie, devraient être en faveur de cette transaction.

Si ces acquisitions venaient à être validées par l’Etat, ENI prévoit que sa production atteigne 120.000 barils d’équivalent pétrole par jour en 2023, accédant ainsi à la position de principale société énergétique opérant en Algérie.


“Nous avons versé 198 M€ de pots-de-vin” : ENI enfonce Chakib Khelil et Farid Bedjaoui !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :