“11 jours pour former des profs d’anglais” : Malika Boussouf commente 60 ans de bricolage !

Onze jours pour combler un déficit !

Qui a eu la lumineuse idée de prédire qu’au bout de onze jours, l’éducation nationale formerait des enseignants dignes de ce nom ?

Il y a la décision et il y a celles et ceux qui n’auront aucun problème à s’y conformer. Et pourquoi en serait-il autrement dans une Algérie que l’on aimerait nouvelle, mais dont on ne dit pas en quoi on la voudrait nouvelle et en quoi consisterait la nouveauté que l’on aimerait lui imprégner ?

Si ça ne s’appelle pas de l’hyper-bricolage de dernière minute, juste pour ne pas se contredire, ni revenir sur une décision dont on va finir par croire qu’elle a été prise sans avoir au préalable réfléchi aux conséquences qu’elle aurait sur l’avenir du système éducatif. Sans que l’on ait mesuré plus sérieusement l’impact des nouvelles mesures prises sur la qualité d’un enseignement qui peine déjà à tenir la route face aux exigences en la matière.

Ce qui sidère le plus, la catégorie d’Algériens qui rêve de compétitions scientifiques, littéraires, artistiques et de progrès à l’infini, c’est que la mesure ne semble pas gêner grand monde. Sauf les personnes concernées. Ceux qui ne vont pas tarder à fleurir, ce sont d’autres garages aménagés pour, prétendument, mettre à niveau les élèves qui ne saisiront pas au pied levé le charabia que l’on tentera de leur inculquer.

Mais qu’est-ce qui arrive donc aux responsables payés pour penser en permanence et produire les programmes à enseigner dignes de ce nom ?

Sérieux, je serais aux commandes de ce pays, j’enverrais en prison tous les pseudo-pédagogues qui font mine d’en redresser le nouveau en même temps qu’ils le dépouillent du peu qui lui reste de crédible.

Voilà une question qui revient à l’infini et à laquelle ceux qui s’y intéressent, mais que l’on ne consulte jamais, se triturent les méninges depuis des décennies. Un ami m’a un jour affirmé que si je m’entêtais à descendre en flèches les structures et les hommes qui gèrent un secteur où l’islamisme qui s’en est approprié ne tolère plus le moindre égarement démocratique, je finirais par le payer chèrement !

Sérieux ? À ce point parler ferait courir le risque d’aller côtoyer les prédateurs qui y croupissent ?

Malika Bousouf, Le 7 Septembre 2022

Généralisation de l’anglais : Plusieurs écoles primaires sans prof d’anglais !


“A des arabes, il explique en français qu’il faut parler anglais” (Vidéo ministre)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :