Cours des Devises et du Pétrole du 1er Août 2022

Taux de change du 1er août 2022

Square Port Said

Pour ce lundi 1er août 2022, aucun changement notable au niveau du marché noir des devises du square Port-Saïd. 

L’Euro s’échange contre 208 dinars à l’achat et 210 dinars à la vente. Le dollar, quant à lui, est proposé à 203 dinars à l’achat et 205 dinars à la vente.

Cours officiel

Au niveau du marché officiel, l’Euro s’échange contre148.85 DA à l’achat et 148.92 DA à la vente, selon le site officiel de la Banque d’Algérie. Le dollar américain, pour sa part, s’échange contre 145.45 DA à l’achat et 145.46 DA à la vente.

Taux de change / Euro – Dollar

Pour ce lundi, la quasi-parité euro-dollar se poursuit. 1 euro s’échange contre 1.02 dollar.

– Marché du Pétrole –

Cours du Brent

Le prix du Brent de la mer du Nord, référence du pétrole algérien, se maintien au-dessus de la barre des 100 dollars. Selon les données du site « Prix du baril », à la clôture, hier dimanche, il a terminé à 110.01 dollars. Ce lundi vers 10h04, Il est en baisse à 102.54 dollars.

 L’actualité du Marché Financier 

Pendant que l’économie mondiale pique du nez, la croissance de l’Arabie saoudite bondit grâce à la cherté du pétrole

Le PIB de l’Arabie saoudite a augmenté de près de 12% au deuxième trimestre 2022, grâce à la hausse des prix du pétrole, ont annoncé dimanche les autorités de la riche monarchie du Golfe. Malgré les demandes des Etats-Unis et de la France d’augmenter la production pour faire baisser les prix, l’Arabie saoudite s’en tient aux engagements de production de l’Opep+.

Alors que les perspectives de l’économie mondiale s’assombrissent avec le risque d’une récession, l’Arabie saoudite est l’un des grands gagnants de la situation actuelle, marquée notamment par la crise énergétique en Europe. Après plusieurs années de baisse du prix du pétrole, la monarchie pétrolière bénéficie de la flambée des prix du pétrole qui a accompagné la reprise post-Covid et la guerre en Ukraine.  Résultat : au deuxième trimestre, son Produit intérieur brut (PIB) a bondi de 11,8%, dans la lignée d’un premier trimestre déjà excellent avec une hausse de 9,6%. Selon le Fonds monétaire international (FMI), la croissance annuelle de l’Arabie saoudite devrait progresser de 7,6% en 2022.

Cette croissance est la conséquence de « l’augmentation significative des activités pétrolières de 23,1%, en plus de l’augmentation des activités non pétrolières de 5,4% », a précisé, ce dimanche, l’Autorité générale des statistiques.

D’une manière générale, la hausse des prix du brut bénéficie aux pays exportateurs, dont ceux du Golfe, courtisés par les puissances occidentales qui leur demandent d’ouvrir les vannes de la production pour calmer les marchés et ainsi limiter l’inflation globale. Le prince héritier d’Arabie saoudite, qui dirige de fait le pays depuis 2017, a reçu début juillet le président américain Joe Biden et a rencontré cette semaine le chef de l’Etat français Emmanuel Macron.

Réunion cette semaine de l’Opep+

Pour autant, pour l’heure, l’Arabie saoudite, qui mène avec la Russie l’OPEP+, résiste et s’en tient aux engagements de production de ce puissant cartel de pays exportateurs. Alors qu’une nouvelle réunion de l’Opep+ est prévue cette semaine, les analystes ne s’attendent pas à un changement de politique. Vendredi, sans grand espoir d’une augmentation de l’offre en perspective, les prix du pétrole ont fini en hausse, alors que les craintes de ralentissement de l’activité persistent.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois a terminé en hausse de 2,28% à 98,62 dollars. Plus tôt en séance, le baril américain grimpait de plus de 5%. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c’est le dernier jour de cotation, a conclu à 110,01 dollars en progrès de 2,67%.

« Les prix du pétrole se sont redressés après qu’Exxon et Chevron se sont montrés optimistes quant aux perspectives de la demande de brut et aux attentes selon lesquelles l’Opep+ n’augmenterait pas la production en septembre », a affirmé Edward Moya de Oanda,

Les acteurs du marché s’attendent à ce que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses dix partenaires (Opep+) laissent inchangés leurs objectifs de production pour le mois de septembre lors de sa prochaine réunion par visioconférence mercredi à Vienne, le siège du cartel.

(AFP)


Cours du 31 Juillet 2022


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :