Un tribunal parisien refuse d’ouvrir les centres pour déplacés ukrainiens aux autres migrants !

Les centres d’accueil pour Ukrainiens en France ne seront pas ouverts aux autres migrants comme le veulent certaines Organisations non-gouvernementales. C’est le tribunal administratif de Paris qui en a décidé ainsi, affirme le site spécialisé Info Migrants dans un article consacré à la question suscitée par une requête des associations Utopia 56 et Médecins du Monde.

En effet, selon ce que rapporte le site ObservAlgérie, dans son édition de ce samedi 30 juillet, le tribunal administratif de Paris refuse d’ouvrir les centres pour déplacés ukrainiens aux autres migrants. Utopia 56 et Médecins du Monde ont appelé à « ouvrir les centres d’hébergement d’urgence dédiés aux déplacés ukrainiens à Paris à l’ensemble des personnes » dans le besoin. Pour les deux associations, il y a des différences de traitement nettes entre ces deux catégories de population.

Le tribunal administratif de Paris explique son rejet

Le tribunal, dans son argumentaire, précise que les centres pour déplacés ukrainiens sont créés justement pour ne pas saturer les dispositifs de droit commun de l’hébergement d’urgence.

« Les requérantes (…) n’apportent pas la preuve d’une carence manifeste des différentes autorités compétentes s’agissant des dispositifs de droit commun d’hébergement d’urgence destinés aux populations susceptibles d’en bénéficier », estime encore le tribunal administratif de la capitale française. En d’autres termes, Utopia 56 et Médecins du Monde n’ont pas prouvé que les dispositifs d’hébergement d’urgence habituels étaient saturés, pour demander l’appui de celui consacré aux Ukrainiens.

« C’est du racisme. Il faut oser dire les mots », dit le fondateur d’Utopia 56

« Ces menteurs de l’État nous disent pendant des années qu’il n’y a pas de places et, en quelques mois, ils en trouvent 100 000 pour les Ukrainiens. Ce n’est pas qu’il n’y a pas de place, en fait, c’est une volonté politique et c’est du racisme. Il faut oser dire les mots. La montée de l’extrême-droite dans notre pays fait faire à nos gouvernements n’importe quoi », a asséné Yann Manzi dans les colonnes du site Info Migrants.

 D’autres par contre y voient une disposition sécuritaire du fait que les réfugiés ukrainiens sont composés de beaucoup de femmes, alors que les autres réfugiés sont généralement des hommes jeunes. « Les mettre ensemble exposerait les femmes ukrainiennes à des viols certains… », commente un internaute.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ils battissent des prisons chez eux et fuient vers ailleurs ! Les Haragas vus par Kamel Daoud


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :