Centre équestre d’Oran baptisé “Antar ibn al-Chaddad” : “Parmi les 1.5 millions de chahid aucun ne le mérite” (Djabelkhir)

Atteint de la fièvre de l’arabité et du déni de soi, l’entreprise de déculturation du peuple algérien se poursuit. Ainsi, parmi tous les algériens morts ou vivants depuis 3000 ans, les personnages, personnalités, héros ordinaire  ou extraordinaires, les autorités locales de la ville d’Oran n’ont rien trouvé de mieux comme personnalité pour baptiser le nouveau centre équestre de la ville que « Antar ibn al-Chaddad ». Un poète arabe antéislamique qui selon plusieurs sources arabes, dont l’intellectuel Égyptien Taha Hossein, n’auraient sans doute jamais existé et ne serait qu’un personnage fictif.

L’information a attiré l’attention de l’islamologue Said Djabelkhir, qui dans une publication sur sa page facebook, ce dimanche 3 juillet, écrit :

Said Djabelkhir : « Un million et demi de martyrs. Et avec ça, ils n’ont rien trouvé de mieux pour baptiser le centre équestre d’Oran que le nom de Antar ibn al-Chaddad. C’est un nouveau martyrs? »

La déculturation s’accélère…

Bien que discret durant de longues années, le phénomène de baptiser des établissements publics ou encore des rues avec des noms ou des références issues du Moyen-Orient s’est accéléré ces dernières années. A l’occasion du 5 juillet de l’année passée, le wali de Boumerdes n’avait pas trouvé mieux pour baptiser une des principales rues de la ville que « El Qods ».


Au lieu d’un Barbe typiquement Algérien, Tebboune offre un cheval arabe au président Italien !  


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :