L’anglais dés le primaire : “Des enseignants indiens à… 3000€/ mois !?”

Alors que plusieurs établissements scolaires algériens peine à recruter des « enseignants de français », le chef de l’État algérien Abdelmadjid Tebboun, a ordonné l’adoption de l’enseignement de… l’anglais dès le cycle primaire.

L’annonce en a été faite, dimanche 19 juin, à l’issue d’une  réunion du Conseil des ministres, au cours de laquelle le secteur de l’éducation a été à l’ordre du jour, notamment, la révision des programmes éducatifs et le manuel scolaire ainsi que l’enseignement de la langue anglaise à partir du cycle primaire. A propos de ce dernier point, selon le communiqué du Conseil des ministres, diffusé par la Présidence de la République, le chef de l’État a instruit d' »adopter la langue anglaise à partir du cycle primaire, après une étude approfondie menée par des experts et des spécialistes ».

Une étude qui ne devrait pas sortir autre chose que « le recours au recrutement d’enseignants étrangers », estiment les observateurs. « Sur les pas de ce qui s’est fait dans les années 70, où sur une décision purement idéologique, l’arabe a été imposée comme langue d’enseignement. Ce qui a amené l’État algériens a recruter des « maçons » et des « cordonniers » et des chômeurs Égyptiens affiliés aux mouvement islamiste « frères musulmans », avec de faux diplômes, se faisant passés pour des enseignants et qui ont préparé la génération de jihadistes qui ont mis le pays à feu et à sang dans les années 90″, écrit une internaute.

Le sujet fait déjà polémiques sur les réseaux sociaux et plusieurs pages évoquent le recours à des enseignants de nationalités indiennes et égyptiennes pour mettre en œuvre ce projet, « essentiellement fondée sur des certitudes idéologiques et fortement encouragé par la mouvance islamiste », peut-on encore lire dans les commentaires des internautes.

En l’absence de détails, sur ce projet, plusieurs thèses et informations ont fleuri. Amer, un retraité de l’éduction nationale affirme que « la seule option en termes de coût, est le recours à des enseignants indiens ou égyptiens, dont l’anglais est déjà très approximatif ». Et d’ajouter « pour ce type de coopérants bas de gamme, le prix ne peut pas être moins de 3000 € par mois de salaire, en y ajoutant l’hébergement et toutes les commodités qu’impose une coopérations extraterritoriales ». Un commentaire qui a largement fait réagir. Sihem, enseignante de langue arabe estime que ce type de privilèges et de salaire « ne manquera pas de faire monter au créneau les enseignants algériens dont la majorité vivent la précarité ».

Des commentaires loin d’etre dénués de sens, si on considère que le ministre de l’éducation, lui-même, avait indiqué en début d’année, lors d’une séance plénière à l’assemblée nationale, que l’Algérie ne dispose « ni d »enseignants, ni de l’écosystème”.

Lire aussi : Anglais à l’Université Algérienne : 98% des enseignants ne maitrisent pas… l’Anglais !



Un commentaire sur “L’anglais dés le primaire : “Des enseignants indiens à… 3000€/ mois !?”

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :