“Gel des domiciliations bancaires de et vers l’Espagne”: L’inquiétant bras de fer Algérie-UE…

Hier mercredi 8 juin,  les autorités algériennes ont annoncé la suspension « immédiate » du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération qu’elle a conclu le 8 octobre 2002 avec le royaume d’Espagne. À l’origine de cette brouille, la décision de Madrid de soutenir le plan du Maroc pour le Sahara occidental.

Ce jeudi 9 juin, l’Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers (ABEF) annonce dans un document établie dans la soirée d’hier : « Le gel de domiciliations bancaires des opérations extérieures de produits et services de et vers l’Espagne ».

Notons que la note de l’ABEF, largement partagée sur les réseaux sociaux algériens, ne précise pas si cette mesure englobe l’exportation du gaz naturel. 

Rappelons, enfin, que l’Espagne est l’un des plus importants fournisseurs de l’Algérie avec des exportations de plus deux milliards de dollars en 2020 contre 4 milliards en 2019. L’Espagne est également le deuxième client de l’Algérie derrière l’Italie et ses importations d’Algérie sont constituées essentiellement de gaz.

L’inquiétant bras de fer Algérie-UE…

Ainsi, après le froid avec plusieurs pays du Moyen-Orient engendré par la guerre froide avec le Maroc, c’est avec un membre de l’UE, principal fournisseur en produits divers, notamment alimentaires, du pays, que l’Algérie entame un bras de fer. Une politique offensive qui plait à certains, mais qui interpelle d’autres qui s’interrogent et s’inquiètent sur les moyens dont dispose l’Algérie pour mener sa politique et des conséquences qui pourraient en découler à moyen et long termes. Des conséquences que devra supporter… le peuple !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Sahara Occidental : Après les qataris et les saoudiens, l’Espagne lâche l’Algérie !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :