El Watan sous le coup d’un redressement fiscal de 150 millions DA : La mise à mort !

El Watan, qui a tenté de rééchelonner une dette fiscale de 26 millions de dinars, s’est vu notifier un redressement fiscal cinq fois plus important. En effet, dans son édition de ce samedi 4 juin, le site Twala Info rapporte qu’un redressement fiscal d’un montant de 150 millions de dinars a été notifié au quotidien francophone El Watan.  

Il ne fait, ainsi, plus mystère que le but n’est ni d’ordre financier ni fiscal, mais bien d’une véritable volonté politique de faire fermer le quotidien.

Le journal, qui connaît des difficultés financières, se trouve désormais totalement asphyxié. Les salaires n’ont pas été versés depuis maintenant trois mois et toutes les tentatives de liquidation d’actifs immobiliers afin d’honorer une partie des dettes, se heurtent à d’autres difficultés.

La vente du terrain d’Oran, qui abritait l’imprimerie du journal à l’ouest du pays, dans laquelle El Watan est associé avec le journal arabophone El Khabar, est au cœur d’une procédure judiciaire engagée par les salariés de l’imprimerie qui réclament des indemnisations. Cette imprimerie, qui a fait faillite il y a plus de deux ans, compte plusieurs créanciers, y compris parmi ses clients. Elle doit à ces derniers le cautionnement qu’elle exigeait en guise de garantie au cas où ils se déclarent incapable de payer. Elle doit, par exemple, 10 millions de dinars au journal de l’homme d’affaires Issad Rebrab, Liberté, qui, faut-il le rappeler, est en cours de liquidation.   

De plus, tous ses comptes sont bloqués. Son compte principal, faut-il le rappeler, a été gelé à cause d’un découvert de 70 millions de dinars, cumulé suite aux facilités de caisse que lui accordait le Crédit populaire algérien (CPA). Cette banque négocie désormais le rachat du nouveau siège du journal construit à Kouba, à l’est d’Alger et qui est sous scellés depuis 2016. C’est le plus important actif immobilier du journal. El Watan avait construit deux étages supplémentaires et un parking sur un terrain domanial adjacent en violation du permis de construire.

La régularisation de la situation de ce siège en vertu des disposition de la dernière loi de finances nécessite la réalisation de travaux coûteux qui bvutte devant les difficultés financières du journal.  


Après la fermeture de Liberté, Les comptes d’El Watan gelés !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :