“Pénuries, chômage…”: Les opérateurs dénoncent le bricolage de Rezig et mettent en garde !

Depuis fin 2021, le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations enchaîne les décisions portant sur le contrôle des opérations d’importation, sans la moindre considération sur le bon fonctionnement du marché et l’activité économique dans son ensemble.

Ainsi, dans son édition de ce lundi 30 mai, le quotidien El Watan indique qu' »A chaque fois, le département de Rezig passe par l’Association des Banques et établissements financiers (ABEF) pour appliquer ses instructions, suscitant appréhensions et inquiétudes chez les opérateurs économiques ». Ces derniers, dénoncent le fait de ne pas être associés à la mise en place de ces nouvelles mesures. De même qu’ils mettent en garde contre les conséquences de ces décisions sur leurs activités.

C’est en fait l’étau qui se resserre de plus en plus autour des importateurs et producteurs. En somme, c’est la cacophonie avec toutes ces notes qui viennent encore perturber les entreprises, notamment celles intervenant dans l’agroalimentaire, l’industrie du papier et celles des articles scolaires.

Des pénuries et des hausses de prix ne sont pas d’ailleurs à exclure lors de la prochaine rentrée scolaire. Les acteurs de ces filières ont déjà averti sur ces questions, mais aussi sur le risque de chômage qui pèse sur les travailleurs.  

De son côté, le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) s’interroge sur cette manière d’encadrer le commerce extérieur. Il s’agit, selon le Cercle, d’un recours à «des voies détournées pour des dispositions aussi lourdes que celles restreignant l’accès aux marchés extérieurs à des milliers d’entreprises». C’est dire que ces restrictions sont considérées comme un blocage.  

Lire aussi : Rezig : “Tout sera réglé en 1 semaine”… 90 semaines après, il manque 1 million de litres de lait sur la Marché !

Chronologie des incroyables décisions de Rezig…

La nouvelle mesure concernant l’importation de matières premières, de produits et marchandises destinés à la revente en l’état, expliquée dans le communiqué du ministère du Commerce, en est un exemple. Le communiqué donne des détails, après la note de l’ABEF du 24 avril dernier, concernant l’encadrement des importations. «Le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations porte à la connaissance de l’ensemble des opérateurs activant dans le domaine de l’importation des matières premières, des produits et des marchandises destinés à la revente en l’état qu’ils sont obligés de finaliser les procédures de domiciliation bancaire avant d’entamer toute opération d’importation», indique ledit document.

Et de mettre en garde : «Toute importation sans domiciliation bancaire ne sera pas autorisée à entrer sur le territoire national», rappelant que «la domiciliation bancaire pour l’importation de matières premières, de produits et marchandises destinés à la revente en l’état est conditionnée par la délivrance d’un document par les services de l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (Algex)».

En effet, un mois plutôt, c’est-à-dire le 24 avril, les opérateurs économiques ont été appelés (obligation) à consulter la plateforme, préalablement à toute opération de domiciliation bancaire, pour vérifier l’indisponibilité des produits à importer sur le marché national, selon la même note.

Deux jours plus tard, le 26 avril, le ministère appelle tous les opérateurs économiques activant dans le domaine de l’importation de matières premières, de produits et de marchandises destinés à la revente en l’état, à présenter un document attestant de l’indisponibilité des produits à importer sur le marché national.

Et ce, en introduisant une demande en ligne pour obtenir ce document à joindre au dossier de demande de domiciliation bancaire.

Par la suite, le 17 mai, dans une autre note adressée aux directeurs des banques et des établissements financiers, l’ABEF indique avoir demandé au ministère du Commerce plus de précisions concernant l’importation de certains produits, tels que les intrants destinés à la production, produits pharmaceutiques, produits stratégiques destinés aux différents marchés des organismes publics, l’importation d’animaux etc.

D’où la dernière instruction du département de Rezig qui confirme, le 25 mai via l’ABEF : «Toutes les marchandises importées et destinées à la revente en l’état sont concernées par cette procédure obligatoire.»

 Et d’appeler à la stricte application de cette mesure en exigeant à l’opérateur économique, la présentation préalable de cette attestation pour toute demande de domiciliation.


Depuis l’annonce de Rezig de la patate à 50 DA, elle se vend à 120 DA ! L’APOCE déboussolée…


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :