“Ce peuple algérien me dégoûte !”: Nekkaz explose et dit tout !

La vidéo postée par l’activiste politique Rachid Nekkaz en dit long sur l’état d’esprit des prisonniers d’opinion qui se sacrifient pour un peuple qui s’occupe de sa petite vie sans montrer la moindre compassion ou mobilisation. Ainsi, Nekkaz dit ce que personne avant lui n’avait osé dire à ce peuple de prieurs dont l’esprit est noyé dans le fatalisme et l’hypocrisie religieuse !

Dans une vidéo postée sur sa page facebook, il exprime tout son « dégoût » :

Vidéo intégrale

Rachid Nekkaz : « Quand on voit qu’un citoyen algérien, un être humain algérien meurt dans une prison sous la responsabilité de l’état algérien, et d’une institution algérienne, sans qu’il n’y ait le moindre communiqué, la moindre explication de cette institution et de cet état algérien, cela signifie que la valeur réelle d’un être humain algérien est proche de zéro.

Où se situe le problème ? Nous, nous savons que le régime est une dictature. Depuis 1962, ce régime est une dictature. Le monde entier le sait. Et tout le peuple algérien de l’intérieur comme celui de la diaspora le sait. Ce qui veut dire qu’on ne peut rien attendre de ce régime.

Pourtant, le régime n’est pas la seule dictature. Le peuple et ses valeurs sont également complices.

Sinon comment 45 millions d’algériens et 7 millions que compte la diaspora peuvent-ils se taire ? Ce peuple qui se tait devant cette atrocité qui s’est déroulée : un homme algérien meurt dans une prison et tout le monde s’en fout ! Un non-événement pour ce peuple qui se contente de se goinfrer de petits gâteaux. Comme s’il ne s’était rien passé. Comme si une mouche était morte. Ce qui signifie qu’un homme a la valeur d’une mouche en Algérie.

Le régime est corrompu. Le régime est une dictature. Nous le savons tous. Mais qu’en est-il de ce peuple ? Ce peuple est-il civilisé ? Est-ce que ce peuple se respecte ? Est-ce que ce peuple donne une valeur à l’homme et la femme algérienne ?

Voici les questions qui se posent. Et aujourd’hui, je vous dit que j’ai la réponse : Non, non et non.

J’ai passé 443 jours en prison et les gens se goinfraient de gâteaux, se contentant de mettre des « j’aime » sur facebook. Et on vient de constater que notre frère Hakim Debazi vient de mourir en prison et les gens continuent à se goinfrer de BAKLAWA et autres petites friandises. En s’en foutant éperdument.  

Vous savez : ça fait mal.

C’est à dire que quand Zeghmati m’a privé de mon traitement pour mon cancer de la prostate pour me tuer, que quand ce même Zeghmati m’a transféré dans une prison à 750 km de la capital, à 125 km de l’hôpital le pus proche, vous vous en foutiez aussi. Si j’étais mort, vous n’auriez dont rien fait.

Mais vous êtes quoi comme peuple ?  Qu’est ce que c’est que ce peuple algérien ? J’ai sacrifié toute ma vie, ma famille, mon épouse, mes enfants, mon entreprise, ma santé, pour voir, aujourd’hui, alors que Hakim Debazi est mort, vous vous en foutez. vous bouffez normalement votre ZLABYA, votre HRIRA… C’est à dire que vous auriez réagi de la même manière.

Honte à vous. Honte à vous. J’ai mal.

Je vais vous dire : je regrette, je regrette amèrement d’avoir sacrifié mon épouse, mes enfants, ma santé, mon entreprise, ma famille pour que vous, vous vous goinfriez en vous en foutant complètement.  

Un algérien est mort en prison et vous ne bougez pas ! Mais vous me dégoutez ! je vous déteste tous, tout autant que vous êtes ! »

Nekkaz, Daoud et les autres…

Il faut dire que si Rachid Nekkaz dit clairement le fond des sa pensée, de nombreuses personnalités ont, bien avant lui, pris leurs distances avec les exigences islamiques imposées par la doxa du mouvement populaire appelé « Hirak ». Les attaques, insultes et autres joyeusetés contre l’écrivain Kamel Daoud à cause d’une simple chronique dans laquelle il avait juste tenté de faire un bilan de parcours du mouvement populaire, l’ont poussé à faire volte-face, en se rangeant du côté du régime.

D’autres ont également fait les frais de cette doxa dont l’islamologue Said Djabelkhir, la militante Amira Bouraoui ou encore l’avocat Salah Dabbouz devenus des mécréants laïcs, par décision de certains militants du hirak. Même Ma Revue De Presse DZ a eu droit à ces attaques et insultes pour certaines critiques et révélations sur des noms en vue, hissés par les mouvements islamistes, de ce mouvement populaire.

Le Rétro-islamisme / Par Kamel DAOUD


La satisfaction imbécile du Hirak… Kamel Daoud commente : “Djabelkheir n’est qu’un début…”


Amira Bouraoui lâchée par le “Hirak islamique” et ses 30 avocats : Bachir Derrais tire à boulets rouges !


3 commentaires sur ““Ce peuple algérien me dégoûte !”: Nekkaz explose et dit tout !

Ajouter un commentaire

  1. Enfin un avis interessant. La bonne question: Est-ce que le peuple algerien existe en tant que peuple?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :