En l’absence de cahier des charges, le parallèle s’accapare du Marché automobile ! Enquête…

Trois ans après l’arrêt des usines locales de montage de véhicule et l’incapacité des autorités à mettre en œuvre un simple cahier des charges d’achat de véhicule neufs, les showrooms multimarques illicites se multiplient sur tout le territoire national. C’est ce que rapporte le quotidien Echourouk qui indique que rien que pour le mois de janvier de l’année en cours, ces magasins ont vendu plus de 10 000 véhicules.

Ainsi, des importateurs saisissant l’occasion de cette lenteur à mettre en œuvre des mécanismes légaux, profitent de la rareté des voitures neuves pour appliquer des prix mirobolants. De la vente clandestine sur les trottoirs des villes, ces « maquignon » se sont installés désormais dans des salles d’exposition de luxe qui proposent des véhicules de toutes marques. Ils ont aussi tissé un réseau totalement illégal, mais au vu et au su des autorités, avec les ports et les sociétés d’importation.

Carte grise et prix doublé

L’investigation du quotidien commence dans un showroom situé au Gué de Constantine, à Alger. Les montants des voitures neuves vont de 470 millions, pour le modèle le moins cher, à plus de deux milliards de centimes !

La nouvelle Peugeot 208 qui commence à envahir les villes algériennes est proposée au prix de 475 millions de centimes. Le vendeur informe que le véhicule est doté d’un moteur diésel 1,6 HDI, et garantit qu’il est livré avec une carte grise tout ce qu’il ya de légal . Il s’agit là de la voiture la moins chère. Les autres sont tout simplement hors de prix. À titre d’exemple, le Toyota Hilux coûte la bagatelle de 850 millions de centimes ; le Nissan Qashqai, 950 millions de centimes ; et le Toyota Land Cruiser, 1 milliard 800 millions de centimes.

Le vendeur explique ces tarifs exorbitants par les multiples impôts et taxes auxquels est soumise l’importation de véhicules neufs. Selon lui, l’imposition élevée fait grimper les prix du simple au double. Par ailleurs, les voitures importées grâce à la licence des moudjahidine, donc exonérés de taxes douanières, coûtent relativement moins cher.

Arnaque sur les services d’assurance

La deuxième étape de l’enquête se déroule à Kouba où pullulent les showrooms multimarques. L’un de ces magasins propose à la vente trois modèles du Suzuki Swift. Cette voiture importée en grandes quantités est équipée d’un moteur essence 1,2 litre d’une puissance de 85 chevaux et d’une boite de vitesse automatique. Son prix s’élève à 340 millions de centimes. Le vendeur affirme qu’il s’agit du véhicule le moins cher sur le marché national. Lorsque le journaliste d’El Chourouk le questionne sur la garantie et le service après-vente, le propriétaire lui répond que la voiture est livrée avec la garantie du constructeur. Mais quand le journaliste l’informe que la marque Suzuki ne possède pas de représentant officiel en Algérie, celui-ci bafouille et perd sa langue. « Une attitude qui révèle qu’en réalité les véhicules sont vendus sans aucune garantie », commente le quotidien.

Le Renault Symbole algérienne vendu à plus de 300 millions

Après Alger, l’investigateur se rend à Blida, une wilaya où l’on vend les véhicules neufs à même le trottoir. Ici, la Renault Symbole montée en Algérie, équipée d’un moteur diésel 1,6 litre, est proposée au prix de 320 millions de centimes. La Dacia Sandero (moteur diésel DCI 1,6 litre) quant à elle coûte 350 millions de centimes. La Clio 4 dotée de la technologie GT Line atteint la bagatelle de 400 millions de centimes. Ces prix ahurissants démontrent que le commerce de courtage sur les automobiles produites dans les usines de montage algériennes, qui ont repris du service depuis quelques mois, continue de sévir de plus belle.


Jusqu’à 100 Millions la Licence ! Le business des Moudjahidine, 7668 véhicules importés en 2 mois !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :