“Plus de 8 millions €” : Les comptes Suisse de Nacim Oukld Kaddour révélés par “Suisse secrets”!

Un autre haut dirigeant algérien a été épinglé par la fuite de données de la banque helvétique Crédit suisse, rendues publiques cette semaine. Un scandale qui fait le tour du monde et qui porte le nom de « Suisse secrets ».

Ainsi, selon les révélations Süddeutsche Zeitung (SZ), en juillet 2005, alors qu’il n’a que 26 ans et sans réelle activité, Nacim Ould Kaddour, fils aîné de l’ancien PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a ouvert deux comptes à la banque Crédit suisse, lesquels ont enregistré un important mouvement de fonds (en millions d’euros) entre 2007 et 2008.

Le premier compte, ouvert le 25 juillet 2005 était provisionné de 7,8 millions francs suisses en novembre 2008. Le second a été ouvert le 28 juillet 2005 et était provisionné de 587000 francs suisse en juillet 2007. Soit un total de 8,6 millions francs suisses (plus de 8 millions d’Euros actuel).

Une colossale somme qui a permis à la famille Ould Kaddour de se constituer un empire immobilier, notamment en France via une société civile immobilière, nommée Lema, que ses membres ont créé à Nanterre. Nacim Ould Kaddour et son épouse Amal Yala y étaient associés à parts égales avec Mohamed Reda Ould Kaddour, frère de Nacim, et leur mère, Anissa Ouabdesselam. Ils y détenaient 250 parts chacun.

Selon la même source, les deux comptes ont été clôturés en 2009.

La carrière sans gloire de Nacim Ould Kaddour

En Algérie, Nacim Ould Kaddour a lancé entre 2007 et 2015 plusieurs entreprises qui ont fini par être dissoutes. Sa routine en affaire, lui, qui va d’une entreprise malheureuse à une autre, contraste avec les sommes amassées dans les comptes ouverts à l’étranger pour tenter de justifier l’origine des fonds.

Il n’a jamais eu de business florissant et le cash-flow des entreprises qu’il a créé en Algérie n’aurait jamais suffi à financer des acquisitions immobilières en France.

Au début de sa carrière entrepreneuriale, Nacim Ould Kaddour s’est essayé, sans succès, à la location des bateaux de plaisance. La société Sahara Fish Industrie créée à cet effet en 2007 a été dissoute en 2009.

En 2008 il lance Napco avec deux associés pour distribuer en Algérie les marques de revêtements Stopaq Europe, Kleiss & Co bv. La société a été dissoute en 2016. Selon les comptes sociaux de cette entreprise, c’est en 2015 qu’elle réalise son plus important chiffre d’affaires : près de 14 millions DZD (131000 euros) pour un résultat net d’à peine 1,7 millions DZD (16000 euros).

En 2014, les Ould Kaddour créent la société Mobisol. Elle commercialisait des matériels et des solutions du Chinois Huawei. Sur papier, cette entreprise associait Nacim et son frère Mohamed Reda. Mais, c’est leur père Abdelmoumen qui était son agent commercial auprès des donneurs d’ordre publics (entreprises, banques et administrations). Mais, elle n’a pas rapporté grand-chose non plus. Elle a été dissoute en 2017, après sa nomination à la tête de Sonatrach.

En 2015 Nacim et son frère Mohamed Reda créent le cabinet de conseil et d’assistance en investissement, Ingepar. Le chiffre d’affaires n’a pas dépassé les 15 millions DZD cette année-là (136000 euros), avec un bénéfice de 5,5 millions DZD (49000 euros). 

Nacim a beau avoir créé des sociétés au Liban et aux Seychelles, l’argent provient d’Algérie et du fait des calamiteux bilans réalisés, l’origine des fonds éveille des soupçons auprès des banques et des sociétés fiduciaires. Ce qui met fortement à mal le Crédit suisse.   


Autre révélation « Suisse secrets »


3 commentaires sur ““Plus de 8 millions €” : Les comptes Suisse de Nacim Oukld Kaddour révélés par “Suisse secrets”!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :