Coupe d’Afrique : La responsable Com du Maroc interdit l’utilisation de l’Arabe !

Un fait insolite, en droite ligne du cap de la promotion des langues pris par le Maroc ces dernières années, s’est produit au cours de cette coupe d’Afrique des nations qui se déroule au Cameroun.

En effet, selon ce qui nous est parvenu de Yaoundé, la responsable de communication de l’équipe marocaine a interdit aux joueurs de s’exprimer en arabe lors des conférences de presse, recommandant le français afin d’être compris par un plus grand nombre de journalistes, le Cameroun étant un pays à majorité francophone.

Ainsi, à l’issue de match contre le Comores, la responsable a instruit le gardien de but, Yacine Bounou de ne pas utiliser l’arabe, mais le français pour son intervention. Elle a toutefois, dû céder du fait que ce dernier ne maitrisait pas le français et a permis que l’intervention se fasse en arabe.

Le Maroc prend le cap du multilinguisme…

Il faut dire que le Maroc, après une longue bataille, a légiféré sur la question des langues. Une loi adoptée, le 22 juillet 2021, par le Parlement, propose d’introduire plus de langues étrangères, dont le français, dans l’enseignement. Si le parti islamiste, à la tête du gouvernement, défend l’arabe (langue du coran) et invoque la défense de l’identité nationale, les autres partis se sont largement montrés favorables à une plus grande ouverture linguistique. 

Le texte émane du Conseil supérieur de l’éducation, organisme consultatif chargé d’élaborer une « vision stratégique » pour une « école d’équité ». Il prévoit l’enseignement de certaines matières, notamment scientifiques, en langues étrangères (principalement le français). 

L’objectif de la mesure sur les langues est de mieux préparer les élèves à l’enseignement supérieur, dispensé en français dans la plupart des spécialités.

L’arabe et l’amazigh (berbère) sont les deux langues officielles mais le français est largement utilisé dans le monde du travail. Le Maroc comptait en 2018 quelque 12,7 millions de locuteurs français sur ses 35 millions d’habitants. 

L’arabisation pour le peuple, le français pour les enfants des responsables…

L’arabisation de l’enseignement est intervenue au Maroc au début des années 1980. Une décision politique qui visait à renforcer le rôle des conservateurs et islamistes face à une gauche contestataire. Cependant ce choix, à été dévastateur pour la qualité de l’enseignement. En effet, selon l’Unesco, le Maroc fait désormais partie des 25 pays les moins avancés du monde en termes de scolarisation, avec un taux d’analphabétisme d’environ 30%, et les défaillances du système éducatif marocain sont régulièrement pointées du doigt. 

Ce chiffres ne touche, cependant, pas les responsables politiques, y compris pro-arabisation. Ces derniers inscrivent, en effet, leurs enfants dans des écoles étrangères payantes, particulièrement francophones. 

Une hypocrisie souvent dénoncée par de nombreux acteurs de la société civile au Maroc, parmi lesquels l’intellectuel, Ahmed Assid.

Dans ce passage, ce dernier dit les quatre vérités :


“L’élève ne comprend pas ce qu’il lit“: Quand Benghabrit faisait le bilan de l’“Arabisation“ !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :