Affaire Shirine Boutella : “Elle s’en fiche de ton caca nerveux !”, (Malika Boussouf)

Dans sa chronique du 25 novembre 2021, la journaliste Malika Boussouf revenait sur l’affaire Shirine Boutella. (Voir article)

«Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? / Par Malika Boussouf

Une espèce de recueil fourre-tout, où lesdites valeurs s’affolent à la moindre tentative d’émancipation. Parler encore et toujours, pour désarçonner leurs certitudes, puisqu’ils ont désappris à penser par eux-mêmes, et les contraindre à balayer devant leur porte n’est pas chose aisée ! Des colères, on peut en avoir à satiété. Surtout lorsqu’elles appuient des agressions que de furieux islamoconservateurs commettent, appuyés par des recommandations aux objectifs desquelles ils n’ont mentalement pas accès !

Les femmes, un aval et une bénédiction à se construire à l’ombre d’une morale religieuse ?

Lesquelles d’entre elles toléreraient l’emprise de valeurs cousues de fil blanc dont se revendique la sphère de frustrés qui la contrôlent ? Ceux qui, en mal de constance et de repères identitaires, s’accrochent à ce qui influence leur fragilité mentale ? Ainsi, vivant ailleurs, dans un monde qu’elle a choisi, étranger à celui qui l’insulte, Shirine Boutella, victime d’une campagne immonde sur les réseaux sociaux, aurait dû, avant de prendre la moindre décision, s’en remettre à l’avis d’individus au mental crasseux, dans l’incapacité à aligner deux mots sans insultes. Impuissance à penser librement ? Mentalités au ras des pâquerettes et triste héritage de l’école fondamentale qui a démantelé le peu qui aurait pu être préservé et que l’islamisme, qui ne rampe plus, a fini par contrôler.

Malika Boussouf, Le Soir d’Algérie, Le 25 – 11 – 2021


“J’ai honte que mon nom soit lié à vous !”: Shirine Boutella riposte aux insultes des internautes algériens !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :