Lutte contre la spéculation : La décision populiste qui ne différencie pas “spéculateur” et “producteur de semence” !

Dans son édition de ce dimanche 24 octobre, Le Soir d’Algérie rapporte les effet de la décision populiste qui consiste à bomber le torse, sans étudier les conséquences, devant le phénomène de la spéculation.

Ainsi, la vaste opération de lutte contre la spéculation, menée depuis quelques semaines, n’a pas été sans faire des dommages collatéraux. Des producteurs de pomme de terre de semence, détenant un agrément de stockage et inscrits dans le programme du Système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac), ont été victimes de cette campagne. Saisi, leur stock de semence va être écoulé sur le marché comme pomme de terre de consommation. Une décision qui chamboule grandement le programme tracé par le ministère de l’Agriculture pour cette filière.

En effet, cinq agriculteurs de la wilaya de Aïn Defla ont vu tout leur stock du tubercule destiné pour la semence saisi. Parmi ces importantes saisies, 8 400 quintaux ont été confisqués au tout premier fellah contrôlé dans la région. Accusés d’avoir stocké et dissimulé de grandes quantités de pomme de terre de consommation, ces producteurs sont aujourd’hui sous contrôle judiciaire et risquent la prison.

Pourtant, assurent-ils, ces stocks sont stratégiques et destinés en premier lieu à la semence. Ils affirment d’ailleurs détenir tous les documents nécessaires les autorisant à conserver cette production dans des entrepôts. Seulement, ni leur agrément de stockage, ni leur convention avec le PNDA (Plan national de développement agricole), ni leur adhésion au Système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac) n’ont fait fléchir les autorités.

Le ministre de l’agriculture avoue à demi-mot…

Selon des indiscrétions, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural aurait avoué à des interlocuteurs que certaines saisies ont été opérées d’une manière arbitraire et ont carrément perturbé le programme de la filière pomme de terre, mis en place par son département. Un aveu qui illustre l’absence de coordination entre les ministères du Commerce et de l’Agriculture.

Pour rappel, 80% des semences du tubercule utilisées actuellement sont produites localement. Le secteur qui n’importe que 20% des besoins par an aspire justement à atteindre l’autosuffisance en la matière en 2022. Un objectif qui risque de prendre du retard, puisque la pomme de terre de semence saisie dans les stocks de nombre d’agriculteurs, notamment ceux de la région de Aïn Defla, spécialisés dans la production de ce produit, sera bradée et mise en vente par les autorités pour la consommation !


Lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :