Les hôtels perdent 75% de leurs revenus : Ces hausses de prix qui ne profitent à personne !

Le chiffre d’affaires des établissements a connu un recul de 36,5% et des pertes financières évaluées à 75%. En cause : de mauvais choix managériaux.

Ainsi, à l’instar de nombreux créneaux, l’activité hôtelière a subi de plein fouet les méfaits de la pandémie de Covid-19. L’impact de la crise sanitaire a été marqué à la fois par une forte baisse des réservations et une hausse excessive de la tarification des produits touristiques et des prestations fournies.

D’autant que ce réflexe des responsables algériens de miser sur l’augmentation des prix pour rattraper les déficits non seulement ne fait que le creuser, mais en plus entraine le « licenciement d’un grand nombre de travailleurs qualifiés ».

Un avis partagé par le président de la Fédération nationale des hôteliers algériens (FNH), Ahmed Oulbachir, dont les propos sont rapportés par le quotidien Liberté. Ce responsable suggère, en effet, « de baisser les prix de 10 à 30%, particulièrement les tarifs de restauration et d’hébergement ». D’autant, conclut-il, que « la conjoncture sanitaire qui empêche les citoyens de voyager à l’étranger doit être exploitée pour booster le tourisme interne ».

Ibis France, Ibis Algérie : Comparatif

Un simple comparatif donne une idée de l’incroyable absurde management de l’hôtellerie en Algérie.

Ainsi, en Algérie où le SMIG est de 20.000 DA (100€), l’IBIS Alger Aéroport offre des chambres autour de 11.000 DA.

Alors que ce même IBIS à Carcassonne en France où le SMIG est 15 fois plus que le SMIG algérien (1500€), les mêmes types de chambres sont offertes autour de 6300 DA !


La rédaction vous conseille :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :