Ouverture de l’explosif scandale ANBT : 9 ministres et 5 Walis impliqués !

Du fait du nombre impressionnant de responsables impliqués, l’affaire de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT) apparaît comme l’une des plus importantes que le juge de la 3e chambre du pôle financier près le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, est en train d’instruire depuis plus d’une année.

Selon ce que rapporte El Watan dans son édition de lundi 9 août, cette affaire a déjà vu l’audition, comme témoin, de Saïd Bouteflika, frère conseiller du Président déchu. Elle comporte au moins deux volets déjà examinés par la justice : le premier est lié à Mobilink, filiale du groupe KouGC, appartenant aux frères Kouninef, jugé en 2020. Et le second concerne le scandale des ressources en eau, au cœur duquel se trouvait Kaddour Gouaiche, président de l’Association des zaouïas et ex-conseiller du Président déchu.

Il faut dire que le magistrat instructeur de la 3e chambre du pôle financier semble avoir fait du mandat de dépôt une mesure systématique, puisque tous les anciens hauts fonctionnaires de l’État qu’il a entendus dans le fond, jusqu’à présent, ont été placés sous mandat de dépôt.

 Sont, entre autres impliqués :

  • Abdelmalek Sellal,
  • Ahmed Ouyahia,
  • Houda Imène Feraoun,
  • Amar Tou,
  • Amar Ghoul,
  • Hocine Necib,
  • Arezki Baraki,
  • Mustapha Rahiel
  • Mohamed Loukal.

On compte également, selon la même source, au moins cinq walis de Tizi Ouzou, de Béjaïa et de Mostaganem.


La rédaction vous conseille :

600 Milliards $ transférés à l’étranger : 0 $ récupéré, 0 procédure engagée… Des experts alertent !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :