“A 25 ans, ils ont fait de moi une femme de ménage”: La Veuve du Colonel Ali Mellah témoigne…

A l’indépendance, le 5 juillet 1962, tous les algériens n’étaient pas forcément logés à la même enseigne. Surtout les femmes (souvent encore jeunes) avec enfants qui ont perdu leur époux durant la guerre.

La Veuve du colonel Ali Mellah pourrait symboliser le traitement réservé par le « nouveau pouvoir indépendant » à ceux parmi les algériennes qui ont sacrifié, époux, enfants, biens et santé…

Madame Veuve du Colonel Ali Mellah : « La France nous frappait, elle nous torturait, elle nous faisait boire de l’eau savonné, mais ceux là ont fait pire. Ils m’ont mise à l’écart. Mais moi j’ai gardé mon identité. Je suis toujours avec ma robe et mon foulard Kabyle.

C’est Mohamedi Said qui était ministre des anciens combattants. Il m’a donné le chiffon. J’ai été femme de ménage.

Ceux qui sont morts se sont sacrifiés, ont sacrifié leur vie pour l’Algérie.

Nous sommes dans un temps où, ceux qui ont affronté les balles, on n’en parle pas. Ils ont baisé un marché du nom de Ali Mellah. Pourquoi, il vendait des pommes de terre !?

Le besoin n’a pas de dignité. Le besoin n’a pas de dignité. Le besoin vous fait manger de la charogne.  J’ai mangé de la charogne.

Avec le Chahid, nous avons été séparé dans l’amour. Dans la dignité. Jamais il n’a levé la main sur moi. Ce qui me manque le plus, c’est ce lien qui nous liait. Je ne le l’oublierai jamais ».


La rédaction vous propose :

Abane Ramdane “Un Traître”,.. Un colloque islamique l’affirme à Alger le 1 janvier 2018 ! (Vidéo)


Un commentaire sur ““A 25 ans, ils ont fait de moi une femme de ménage”: La Veuve du Colonel Ali Mellah témoigne…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :