“Cette députée sans visage m’accordera-t-elle un RDV ?” : Hakim Laalam commente la femme algérienne de la nouvelle Algérie…

Dans cette 2e République, combien vaudra la vie d’une femme violée ? Par Hakim Laalam

Des affiches électorales. Des affiches pour les législatives du 12 juin. Un parti. Peut-être né hier ? Ou demain ? Peu importe. Des visages de candidats dessus. Des hommes. Des bruns. Des moins bruns. Des moustachus. Des barbus. Des sans poils.

Et des femmes. Du moins, faut deviner ! Deviner fort. Faire appel à ce qu’il y a de plus pervers en nous, au fond de nous pour deviner qu’il s’agit de candidates à la députation. Voile. Et le reste, contours et fond… vide ! Rien ! Nada !

Une béance Photoshop à la place de la figure. Walou dans le voile. Du coup, gros malaise ! S’agit-il d’une campagne électorale ou d’une pub pour le gommage des visages de femmes ?

Et à ce vide sidéral répondent en écho les cris de détresse et de douleur de femmes séquestrées à Bordj-Badji-Mokhtar dans leur appartement d’enseignantes. Séquestrées, agressées, violées et violentées. Des femmes avec visage et stupeur marquée dessus, tatouée à vie. Des femmes avec visages humiliées par des hommes avec visages. Visages enduits d’urine.

En Dézédie, les visages apparaissent et disparaissent au gré de l’ignominie vue et pourtant tue. Sauf par quelques lanceurs d’alerte, comme des syndicats.

Double viol de la femme ! Lorsqu’elle n’est pas frappée et violentée dans le Sud, elle est autorisée à afficher sa bobine sans… visage. Un voile pour seul marqueur.

Question mesquine de l’homme que je suis. Si les « sans visages » sont élues, comment ferais-je pour prendre rendez-vous avec elles dans ma circonscription ? Me recevront-elles dans leur permanence ? Seules ou en présence d’un tuteur ? Un père ? Un frère ? Un oncle ? Ou un voisin procuré ? Ou avec une toile en guise de pieuse séparation, en mur de la horma ?

Dernière question d’homme. Si un homme avertit en vaut deux, combien vaut la vie d’une femme enseignante violée ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continu.

Hakim Laalam, Le 20 mai 2021

Sur le même thème :

Affiches de campagnes : Ces “êtres” voilés sans visages qui se présentent aux Législatives Algériennes… (Affiche complète)


Un commentaire sur ““Cette députée sans visage m’accordera-t-elle un RDV ?” : Hakim Laalam commente la femme algérienne de la nouvelle Algérie…

Ajouter un commentaire

  1. Il n’y aura plus de séance publique et pas ……………..de questions au gouvernement a decreté Charfi ( Dieu de l’ANIE ) Ce pays va sombrer dans le chaos .avec trop de permissivité vis à vis des islamistes les plus abjects . Attendez vous à vivre à Peshawar et Kaboul unis pour ……………….le pire .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :