“Elle risque jusqu’à 15 ans de prison !” : Après ERIAD, 2 nouvelles affaires contre Djamila Tamazirt…

Après l’affaire ERIAD CORSO, l’ancienne ministre de l’Industrie Djamila Tamazirt, actuellement en détention, se retrouve confrontée à deux nouvelles affaires de corruption, récemment ouvertes au niveau de pôle économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed.

Les accusations portées contre elle interviennent conformément à le loi de prévention et de lutte contre le corruption, dont les peines peuvent aller jusqu’à 15 ans de prison ferme, selon ce qu’a rapporté hier samedi 15 mai, le quotidien Echourouk.

AGRODEV – AMENHYD

La première affaire concerne le Complexe Amenhyd Spa des frères Chalghoum. L’ancienne ministre est, ainsi, accusée de l’ourles charges liées à la dilapidation de fonds publics et à l’octroi  d’indus avantages à ce Groupe, afin qu’il achète une usine commune avec le Complexe anciennement dénommé « AGRODEV ». Tamazirt aurait accordé ces avantages pendant son mandat en tant que Directrice Générale de complexe des industries alimentaires « AGRODEV ».

C’est ce même dossier qui a permis la condamnation d’un groupe d’anciens et actuels responsables du secteur des ressources en eau, dirigé à l’époque par Abdelmalek Sellel. Ainsi que l’arrestation des ex-maires Derfouf Hajdri, Youcef Charfa, Mouhamed Hattab et Abbas Kamal. Ces dernier sont impliqués dans l’octroi suspect de marchés aux frères Chalghoum.

Une autre affaire impliquant 7 anciens ministres

Ajouté à cela, Tamazirt est impliquée dans le transfert d’une grande quantité de blé et de céréales provenant de l’office les céréales au profit de semouleries privées de manière illégale.

L’ex-ministre fait également l’objet de poursuites au niveau de le cinquième chambre de pôle financier et économique dans une enquête à propos d’un homme d’affaires propriétaire d’un complexe agroalimentaire. Ce dossier est considéré comme l’un les plus gros dossiers de corruption, soulevé au niveau de pôle financier et économique.

En effet, le nombre de responsables impliqué dans cette affaire s’élève à 26 individus, dont pas moins de sept ministres.

Il s’agit, entre autres, de l’ancien premier ministre, Abdelmalek Sellel,  de son chef de cabinet, Mustapha Rahiel, l’ancien ministre de l’agriculture, Abdelkader Kadi,  Abdelkader Bouazghi,  Abdelouahab Nouri, l’ancien ministre de l’industrie, Mahdjoub Bedda et les ministres des Transports Boudjamaa Talei et Abdelghani Zaalene, ainsi que de  l’ancien wali d’Alger Abdelkader Zoukh.


La rédaction vous conseille :

Découvrez “La Pergola”, le Bar-Restaurant Parisien de Djamila Tamazirt… (Photos)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :