Propos de Benselmane sur la Charia : Où sont Ferkous, Makri et l’enseignant de Belabes ? Le Web s’interroge…

Les explosives déclarations du Prince héritier Saoudien Mohamed Ben Selmane n’ont pas fait réagir les tenants de la morale islamique en Algérie si prompt à monter au créneau, à coup de déclarations enflammées, de menaces, de procès, ou d’appels au meurtre quand le contexte le permet…

Pour plus de précision, « aucune réaction. Pas une critique. Mais peut-on critiquer celui qui signe les chèques? », commente l’auteur et journaliste Mouna Bekkis.

Sur le net, cette question fait réagir…

Où sont ces courageux défenseur de la foi pour dire qu’il a tort. Qu’en matière de coran et de sunna, il faut s’en tenir aux lectures originelles. Que ces courageux le disent. Des milliers de personnes ont été emprisonnées, décrétées mécréants et ont vu leur vie gâchée parce qu’ils ont dit exactement ce que dit aujourd’hui ce prince saoudien et les aplavetristes continuent à y trouver de circonstances…
Le prince Benselman interdit de se référer sur les hadith en contradiction avec le Coran. Même si ils proviennent de Al Boukhari. Débrouillez-vous avec lui.

On n’a rien fait pour l’éviter… / Par Lamine Benallou

(De l’esprit critique et du discours religieux…)

En 2021, un quart de siècle après la décennie noire, nous n’avons toujours pas appris la leçon.

L’intolérance, l’exclusion, la violence, l’absence de « raison », le refus du débat et de l’altérité se sont installés chez nous et sont devenus la norme.

L’obscurantisme gagne les esprits. C’est une réalité qu’on ne peut nier. On la perçoit tous les jours.

Sur le plan des idées, rien n’a évolué depuis les années 1990.

Au contraire: au niveau de l’éducation par exemple les programmes scolaires sont restés les mêmes.

La façon d’enseigner est la même. On encourage le « parcoeurisme ».

Il n’y a aucune démarche, pas un courant qui poussent au débat, à la réflexion, au vivre-ensemble, à l’acceptation de la différence, et ce du primaire jusqu’aux bancs de l’université.

Sans vouloir jouer aux mauvais prophètes, nous sommes condamnés à ce que le même scénario se répète dans une imminence certaine.

On n’a rien fait pour expliquer aux générations montantes ce qui s’est passé à cette époque sanglante.

On n’a rien fait pour en éliminer les causes.

On n’a rien fait pour proposer une autre alternative.

On a muselé la pensée, la science, le savoir, liquidé la connaissance, les esprits libres, la raison critique, l’intelligence, au profit de l’infantilisme religieux, du licite et de l’illicite, du charlatanisme et des croyances ataviques.

Ces phénomènes persistent encore dans notre quotidien, dans les comportements de nos compatriotes, dans nos médias…

Et surtout, ce qui est encore plus grave, dans le discours religieux qui n’a pas changé, et qui est devenu plus perfide, plus pernicieux, confortablement installé dans l’inconscient collectif de nos concitoyens…

Lamine B.

Le Prince d’Arabie parle de sa conception de l’Islam…

“80% des Hadiths remis en causes !”


2 commentaires sur “Propos de Benselmane sur la Charia : Où sont Ferkous, Makri et l’enseignant de Belabes ? Le Web s’interroge…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :