“Tout droit sortis d’un film égyptien des années 40” : Hakim Laalam commente les ridicules fauteuils du stade de Blida…

29 mars – Blida – stade Tchaker

Un internaute publie et commente :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le fauteuil, la mère de toutes les batailles ! / Par Hakim Laalam

Non ! Ne me dites pas que le dialogue est rompu entre le peuple et ses dirigeants. Le dire ainsi, c’est faire semblant de ne pas voir ces liens toujours existants, cette volonté de part et d’autre du château de jeter des passerelles. J’en ai un exemple tout récent qui m’a profondément remué, empli d’émotion sincère.

L’épisode homérique des « fauteuils du stade Tchaker ».

Un designer en burn-out avancé a eu l’idée bling-bling d’équiper la tribune VIP de cette enceinte de fauteuils que l’on aurait dit tout droit sortis d’un film égyptien des années 40.

Les Dézédiennes et les Dézédiens, tombant nez à nez avec des photos de ces fauteuils sur la toile, ont laissé parler leur fureur, montré et démontré leur bon goût et demandé à qui de droit d’arrêter ce carnaval de cuir et de skaï. Les choses auraient pu en rester là, les autorités en charge des fauteuils arc-boutées à leur choix, convaincues de bien faire, et les internautes criant dans le vide à l’assassinat du bon goût.

Eh ben non ! Les préposés officiels aux fauteuils sont revenus à de meilleurs sentiments, ont entendu l’appel de détresse des citoyens et ont remisé les sièges pharaoniques pour les remplacer par des sièges plus conformes à une enceinte sportive. C’est pas beau tout ça ?

Une vraie et cinglante gifle dans la tronche de ceux qui œuvrent et manœuvrent à agrandir la fracture entre dirigeants et dirigés. L’indice probant d’une grande maturité de part et d’autre du gazon pas si maudit que ça, finalement. Et surtout la promesse que nous pouvons construire ensemble quelque chose de solide. De bien assis. De stable. Et surtout de respectueux des normes stylistiques.

J’en suis ébaubi d’admiration devant autant de capacité à la résilience. Avec tout de même cette pointe de curiosité légitime. Que sont les fauteuils bling-bling devenus ? Faut-il les ajouter à la liste des disparitions forcées ?

Extrajudiciaires ? Ne risque-t-on pas de voir bientôt apparaître un collectif du fauteuil, photos des fameux sièges bedonnants brandies sur la place publique, et qui exigera que toute la lumière soit faite sur cette histoire ?

Ces manifestants seront-ils réellement mus par une solidarité sincère envers les fauteuils ? Ou alors, auront-ils juste trouvé là un moyen sournois, encore un, pour… meubler et entretenir le feu de la fitna et mettre à mal la réconciliation nationale du fauteuil, du sofa et du rocking-chair associés ?

Je fume du thé et je reste éveillé sur mon strapontin, le cauchemar continue.

Hakim Laalam, Le 31 mars 2021


Lire aussi :


Naima Salhi se lance dans l’Economie: Découvrez sa définition d’ « Entrepreneur »…

Un commentaire sur ““Tout droit sortis d’un film égyptien des années 40” : Hakim Laalam commente les ridicules fauteuils du stade de Blida…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :