“Qu’est-ce qu’ils nous veulent ?” : La CNR bloque le dossier de Mme Fekhar et ses enfants !

Mme Zahira Fekhar, Le 25 mars 2021

Le Dr Kameleddine Fekhar est décédé le 28 mai 2019, suite à son arrestation arbitraire, puis des mauvais traitements subis en prison et à l’hôpital où les soins lui ont été refusés. Lorsque j’ai porté plainte contre certains fonctionnaires que j’ai désigné par leurs noms et leurs fonctions, le juge d’instruction a refusé d’ouvrir une information judiciaire, sans même m’entendre.

La chambre d’accusation avait confirmé sa décision, refusant de traiter avec l’avocat, et voilà qu’aujourd’hui, la caisse nationale de retraite refuse de régler notre dû, moi et mes enfants, prétextant des problèmes bureaucratiques dont je ne suis pas responsable, puisque j’ai soumis un dossier complet, comprenant tous les documents qui m’avaient été exigés.

J’ai chargé l’ami de mon mari, M. Kacem Soufghalem, d’entreprendre les démarches administratives nécessaires, pour régler ce dossier, mais l’administration de la Caisse nationale de retraite a refusé de le faire, ou, à défaut, nous notifier les motif du rejet, inventant à chaque fois des excuses, jusqu’à me demander de leur présenter le casier judiciaire de mon défunt mari, et les décisions de justice rendues, pour pouvoir réfléchir à la façon avec laquelle ils peuvent régler notre dossier.

Ces directives d’obstacles émanent-elles des autorités supérieures du pays?

Veulent-ils poursuivre mon mari dans sa tombe?

Cherchent-ils à faire payer mon mari pour ses positions politiques, en retenant son dû qui lui revient de ses cotisations au cours de sa vie avec le reste des participants à la Caisse de sécurité sociale?

Veulent-ils manger la chair de mon mari mort?

Le calcul de nos droits est-il tributaire aux poursuites judiciaires et aux jugements qui peuvent être prononcés contre l’intéressé?

Veut-on que je renonce à ce que mon mari épargnait grâce à la sueur de son front, parce que la sueur et le sang de mon mari n’étaient pas suffisants pour cette administration qui n’a pas encore calmé sa soif de vengeance sur Kameleddine Fekhar?

Les gestionnaires de cette caisse cherchent-il à confirmer ce qui a été dit par l’ancien wali de Ghardaïa, lorsque Kameleddine Fekhar avait été arrêté en 2015, déclarant qu’il allait obliger la famille Fekhar à tendre la main pour demander la charité ? Ce qu’il avait d’ailleurs essayé de faire, quand il avait ordonné la fermeture de la boulangerie familiale, seule source de revenus pour les enfants de Kameleddine Fekhar et sa famille.

Les autorités algériennes veulent-elles me pousser à signaler aux instances internationales l’injustice dont mes enfants et moi sommes victimes, pour le simple fait d’être la famille de Kameleddine Fekhar, en bloquant son dossier de décès suspect à la Cour suprême, et en m’empêchant d’obtenir mes droits légitimes ?

Mme Zahira Fekhar, Le 25 mars 2021


Lire aussi :


“5 responsables sont identifiés, mais la Justice refuse notre plainte”, Madame Fekhar dénonce !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :