Malgré la dizaine de morts, Rezig remet sur le Marché “RAHMET REBI” ! Découvrez comment…

Dans son Périscoop de jeudi 18 mars, Le Soir d’Algérie rapportait que le produit « Rahmet Rabi » (RHB), présenté à l’époque comme médicament pouvant guérir le diabète, avant que l’arnaque ne soit révélée au grand jour, est de retour.

Comment est-ce possible ?

Cette fois, indique le quotidien, le produit est présenté comme « complément alimentaire » et donc autorisé à la vente par le ministère du Commerce.

« Il reste que cette «Rahmet Rabi» a fait l’objet d’une arnaque commerciale et surtout médicale. Ne serait-ce que pour cela, le produit n’aurait jamais dû être autorisé à la vente », commente Le quotidien.

RHB, une arnaque commerciale et… une dizaine de morts

RHB, (miséricorde d’Allah). C’est le nom du produit qui promettait des millions d’euros à son vendeur, un certain : Toufik Zaïbat que l’ex ministre de la Santé Abdelmalek Boudiaf avait présenté comme « Médecin ». Le ministre Boudiaf avait lui-même fait la promotion de cette tisane vendue comme un véritable remède miracle. Problème :il  y a eu des morts. Certaines malades, notamment des personnes agéess ayant abandonné leur Glucophage contre ce remède à consonance religieuse !

On ne sait toujours pas leur nombre, mais Jeune Afrique dans son édition du  16 décembre 2016 évoque une dizaine de décès (sans doute plus). « Le retrait a été ordonné car le vacarme médiatique et certaines allégations quant aux vertus de ce produit pouvaient laisser croire qu’il s’agit d’un substitut aux médicaments utilisés dans le traitement du diabète et mettre en danger la vie des patients », expliquait, alors Slim Belkessam, porte-parole du ministère de la Santé.

Autre problème : Toufik Zaibet a fini par avouer qu’il  n’avait jamais acquis de doctorat en Suisse, ni en Algérie, qu’il n’était d’ailleurs même pas médecin. Et que sa société qui a créé ce produit était spécialisée dans, entre autres, « la fabrication de produits de nettoyage, de blanchiment et d’entretien ».

Un internaute, se présentant comme médecin, avait commenté lors du retrait de ce médicament » : « Pour faire court, et pour comprendre pourquoi le ministre Boudiaf a accepté d’entrer dans ce crime-business, il suffit de regarder les chiffres que présentent les observateurs : La boîte de RHB était vendue à 1760 dinars (9 euros). Et l’Algérie compte 5 millions de diabétiques. Faites vos comptes ! »


Lire aussi :



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :