“Seul le peuple sera l’arbitre des élections” : Hakim Laalam commente le culotté Baadji qui parle au nom du peuple !

Le coffre magique d’Abou El Fadhl ! Par Hakim Laalam

Il faut saluer la constance du FLN postindépendance. Si ! Si ! Il faut la saluer comme il se doit.

 L’actuel conservateur-chef de ce parti, accessoirement SG, a déclaré de sa belle voix : « C’est le peuple et lui seul qui sera l’arbitre de la prochaine législative du 12 juin.» Voilà !

Attention ! Les ricaneurs, rengainez vos gloussements moqueurs ! Y a du boulot derrière cette déclaration. Et du gros taf.

Le monsieur s’est levé le matin, a pris le chemin du siège du parti, s’est enfermé à double tour dans son bureau patronal et a fait ce qu’ont fait tous les secrétaires généraux de ce parti avant lui, depuis des lustres. Il a ouvert le coffre dissimulé derrière la photo monochrome du conclave de Sant’Egidio.

De ce coffre à combinaison historique, Abou El Fadhl Baadji a extirpé une feuille pliée en quatre de rire de le voir la sortir de là. Avant de la déplier, il a juré sa fidélité aux principes de novembre 1995, année du conclave de Sant’Egidio et a lu fébrilement le testament des partisans. Les partisans de la continuité sans le changement.

Une phrase courte. Une phrase ciselée dans le bois de chêne centenaire. Une phrase qui vaut son pesant d’alliances contre nature : « C’est le peuple et lui seul qui sera le libre arbitre de ce scrutin .»

Bon, il la connaissait par cœur, cette ritournelle. Mais c’est comme ça au FLN. Une coutume respectée à la… lettre pliée dans le coffre à consignes. Même s’ils la connaissent par cœur, en ont tété l’encre jusqu’à n’en plus pouvoir de roter, les patrons du FLN se doivent de suivre ce rituel.

Et comme les autres, avant lui, Baadji, après avoir psalmodié la phrase jusqu’aux transes, l’a repliée, l’a remise dans le coffre, a refermé avec la combinaison des Thawabet, puis s’est assis et s’est mis à réfléchir. 120 minutes de réflexion. Ouvrir la fenêtre qui donne sur la rue ? Ne pas l’ouvrir ? Il a finalement pris une lourde décision révolutionnaire et patriotique de la garder fermée. Trop de vacarme dehors ! Trop de virus antinationaux en circulation.

Il s’est alors résigné à faire ce qu’il fait tous les jours au bureau. Fumer du thé et rester assoupi à notre cauchemar qui continue.

Hakim Laalam, Le 16 mars 2021


Lire aussi :



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :