Hirak et islamisme international : Découvrez le dur “Edito” de l’ANP… La Grande Muette hausse le ton !

La revue El Djeïch (revue mensuel du Ministère de la Défense algérien) dans son dernier numéro a commenté le slogan apparu, ces deniers mois, au milieu des manifestations : “Madania machi aâskaria” (Etat civil et pas militaire).

Depuis le décès du général Ahmed Gaïd Salah, l’ancien chef d’état-major de l’armée algérienne, l’institution militaire a rarement eu des mots aussi durs à propos du Hirak.

Commentaire intégral :

Réalité de « Madania machi aâskaria » / Revue El Djeich, N°692, Mars 2021.

Le peuple algérien nourrit une fierté et une reconnaissance légitimes à l’endroit de son Armée nationale populaire pour la préservation du pays contre toute menace extérieure et pour sa contribution essentielle à la protection des citoyens, des institutions et des biens contre le fléau du terrorisme, ce qui contribue au renforcement de la cohésion nationale et à la consécration de l’esprit de solidarité entre le peuple et son armée.»

Cet extrait est tiré du préambule de la Constitution de 2020, que le peuple a votée et approuvée comme un ensemble de règles véhiculant les principes et les valeurs qui régissent la société, définissent et organisent les pouvoirs et les relations entre elles et préservent les droits et devoirs des individus et tout autre document contradictoire aux dispositions contenues dans la Constitution est considéré comme nul et non avenu.

Par conséquent, la société doit à son Armée nationale populaire toute la reconnaissance et la gratitude pour tout ce qu’elle a entrepris et qu’elle continue à entreprendre pour la dignité du citoyen et la fierté de la patrie, en restant fidèle aux principes immuables de novembre.

Comme il est connu, toutes les armées du monde sont considérées comme l’épine dorsale de leurs États. Si elles sont déchues, les nations sont détruites et condamnées à disparaître. L’histoire de l’humanité depuis l’antiquité atteste de dizaines d’exemples dans ce registre.

La date du 22 février a été officialisée par l’État algérien comme Journée nationale de fraternité et de cohésion entre le peuple et son armée afin de barrer la route aux agitateurs et à ceux qui veulent semer la fitna et le chaos. Nul ne peut nier ou ignorer la réalité des ennemis de la Patrie, du peuple et de l’armée, qui nous ont habitués, depuis quelque temps, à la haine et la rancune qu’ils nourrissent envers l’Algérie. Ces ennemis, qu’il s’agisse d’Etats, d’organisations ou d’individus, tentent de tirer profit de toutes les opportunités et occasions pour porter atteinte au pays des Martyrs dans leurs tentatives vaines de saper le lien unissant l’Algérien authentique à son pays révolutionnaire.

Le Hirak original a démarré voilà deux ans par des marches populaires spontanées, revendiquant le changement et soutenant l’Armée nationale populaire, qui s’est rattachée de manière effective, concrète et émotionnelle au principe de toujours rester aux côtés du peuple, en exécution des ordres de son Commandement. Un commandement nourri des valeurs de loyauté envers le pays et imprégné des principes d’adhésion exclusive aux constantes fondamentales de l’identité nationale et aux efforts sincères pour préparer le terrain à l’édification des fondements de la République algérienne dans son concept novembriste authentique.

Les ennemis de l’Algérie n’avaient pas trouvé à leur goût ces magnifiques images de cohésion traduisant le lien qui unit le citoyen au djoundi, et les puissants slogans scandant «Chaâb-djeïch, khaoua khaoua», signe concret du lien armée-Nation. Ils se mirent alors à investir dans le Hirak de façon malveillante, à travers une guerre électronique concentrée et sordide qui cible les hommes constituant le secret de la force de l’Algérie et le lien de la cohésion particulière entre l’armée et la Nation.

Le nombre de pages Facebook à elles seules gérées à partir du Maroc, en vue d’attaquer l’Algérie et son armée, atteint plus de 500. En provenance de France, il est d’environ 150 et de l’entité sioniste quelque 20 pages. Ces mêmes pages font la promotion de publications d’autres pages qui attaquent le pouvoir et l’armée et répandent des fake-news et des rumeurs.

Dernière nouvelle en date, à titre d’exemple, celle qui prétendait l’envoi par l’Algérie de son armée pour participer à des opérations militaires hors des frontières nationales, sous l’égide de forces étrangères !? Les ennemis de l’Algérie, dont certains de ses fils, ont eu recours aux chambres noires fermées et laboratoires clandestins, pour inventer et fabriquer des virus plus pernicieux et plus mortels que le corona. Leurs collaborateurs et espions ont infiltré les masses, brandant et scandant un slogan pour le moins que l’on puisse dire, grossier et vide de sens, celui d’«un Etat civil et non militaire» !!

Il n’est pas attendu de vous que vous soyez un géni ou détenteur de diplômes scientifiques ou un expert des rouages politiques pour comprendre le sens de ce slogan, ses objectifs et qui se cache derrière. Où ce trouve cet Etat militaire dont «El Ahrar» refusent l’existence et condamnent ses pratiques ? Cependant, lorsque vous vendez votre âme au diable et que vous vous laissiez contrôler par vos instincts et envies, c’est là que vous laissez libre cours à vos pensées et émotions, au risque de vous perdre dans les méandres de la trahison, l’immoralité et le mensonge. Alors, vous ne dites que ce qui vous est dicté et n’entendez que ce que vos maîtres veulent que vous entendiez.

Si nous remontons au passé récent, précisément à la décennie noire, nous constaterons que le Front islamique du salut dissous et ses ramifications terroristes ont été les premiers à adopter ces slogans pour nuire à l’ANP et porter un coup au lien fort historique entre cette dernière et le peuple algérien.

Par conséquent, il n’est point surprenant de faire face aujourd’hui à des organisations terroristes islamistes solidaires avec le courant de gauche, les laïcs ou même les «Ahrar» qui veulent une démocratie oligarchique. Ce qui me fait rappeler d’ailleurs un prêtre qui a dit que «ceux qui brandissent le slogan de la liberté, veulent la liberté du renard dans le poulailler.» Que signifie le fait que les ennemis historiques et éternels, dont les idéologies et objectifs diffèrent, s’unissent contre l’institution de l’Armée nationale populaire ?

Comme s’il s’agissait d’une horde de charognards, de loups et d’hyènes qui veulent attaquer un lion qu’ils croyaient être une proie facile à atteindre.

Que signifient l’unification de leur discours, la similitude de leurs slogans et leurs revendications ? Est-ce une pure coïncidence ou une action programmée et planifiée, derrière laquelle se cachent des parties ayant perdu des privilèges, des intérêts et acquis estimés à des milliards ? Et si ce slogan absurde a été utilisé par cette bande avec malice et ruse, c’est pour intoxiquer l’esprit de certains citoyens égarés qui ont perdu la boussole qui les relie à la Patrie. Le peuple algérien sait distinguer le bon grain de l’ivraie, mais aussi sait faire la différence entre un ennemi et un ami. En ce sens, il est pleinement conscient des sacrifices consentis par son armée, au nom de l’unité et de la fierté de la Patrie. Cette Patrie que les ennemis et les traîtres, qu’il s’agisse d’individus ou de pays, veulent voir affaiblie et divisée, éparpillée et détruite.

Cette mafia est pleinement consciente du rôle de l’Armée nationale populaire dans la préservation de la sécurité du citoyen, la protection de la Patrie en toutes circonstances, des sacrifices consentis pour sa fierté et sa souveraineté. C’est pourquoi elle a tenté de surfer sur la vague du Hirak et de porter un coup dur au lien fort unissant le peuple à son armée et au service des agendas étrangers qui vivent encore des illusions du passé.

Ils savent pertinemment que la patrie puise sa force de la force de son armée. Enfin, nous soulignons que le peuple algérien et son armée sont le passé et le présent commun et le destin prometteur pour lequel nos Martyrs se sont sacrifiés dans l’une des épopées les plus merveilleuses de la lutte contre la plus puissante force coloniale.

Personne ne nie la dévotion des citoyens algériens pour leur armée, mobilisant leurs fils et filles dans les rangs des Écoles des cadets de la nation, en reconnaissance de l’héroïsme et des réalisations concrétisées par notre armée et sa loyauté sans égal envers la Patrie. Prenant part à tous les évènements organisés au niveau des Régions militaires, mais aussi à travers l’intérêt porté aux manœuvres, exercices, activités et visites effectuées par le Commandement, retransmises sur écran. Et si notre armée a protégé et accompagné hier le Hirak avec un professionnalisme remarquable, elle continue aujourd’hui de contribuer, aux côtés du peuple, à l’édification d’une Algérie nouvelle, dont l’approche est le développement tant souhaité et la vraie démocratie, loin de tous marchandages, polémiques et rumeurs, que la racaille et ceux qui sont derrière ont semés dans notre pays. Cependant, le proverbe le dit si bien: «Qui sème des épines ne peut récolter que des afflictions».

Revue El Djeich, Mars 2021


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :