“Il y a des barrières” : Zeghmati avoue ne pas pouvoir récupérer “3 Milliards €” transférés à l’étranger !

Dans son édition de mercredi 10 mars, Le Soir d’Algérie est revenu sur les démarches de l’Algérie pour récupérer l’argent volé transféré à l’étranger.

Ainsi, le quotidien écrit que « L’Algérie se heurte visiblement à d’importantes difficultés pour la récupération des biens issus de la corruption se trouvant à l’étranger ». Une affirmation que le quotidien appuie sur l’aveu public fait par le ministre de la Justice lors d’une toute récente déclaration sur le sujet.

Lundi 8 mars, lors d’une conférence internationale à laquelle il a pris part par visioconférence, Belkacem Zeghmati a évoqué l’existence de « barrières » empêchant la récupération des « avoirs algériens ».

Zeghmati ne va pas plus en détail sur le sujet, mais Le Soir d’Algérie écrit que « ses propos sont à même de résumer, de situer toute la problématique à laquelle fait face le pays pour mener à bien l’une des missions essentielles que s’étaient fixées les autorités depuis le déclenchement d’une opération inédite pour lutter contre la corruption ».

« Ses déclarations indiquent on ne peut plus clairement que les États ayant été destinataires de demande visant la récupération des biens et de l’argent transféré illégalement tergiversent depuis un long moment maintenant puisque l’on sait que les premières demandes adressées remontent à plus d’une année », conclut le quotidien.

Maisons et voitures de luxe, Manoirs,  Hôtels…

Des sommes importantes transférées illégalement à l’étranger ont été révélées durant des procès très suivis. Pour les frères Kouninef, elles sont évaluées à pas moins de 500 000 dollars, pour l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, elles sont évaluées en euros et en dollars, 1 198 298 341,88 USD et 890 340,81 euros.

Mourad Eulmi a acquis plusieurs biens immobiliers dont plusieurs manoirs, avec une somme s’élevant à 24 185 112 euros. Son frère Khider a pu, lui, acquérir trois maisons de luxe à Paris et Monaco pour une valeur de 2 619 900, 00 euros. Le patron de l’ETRHB, Ali Haddad, vient en tête puisqu’il a pu transférer pas moins d’un milliard et demi d’euros. Le montant global à récupérer est, lui, estimé à plus de trois milliards d’euros.

Trois milliards d’Euros, une somme dérisoire si on considère que le Trésor Public évoquait durant les procès la « disparition » de pas moins de 600 milliards de dollars !

Lire aussi : 600 Milliards $ transférés à l’étranger : 0 $ récupéré, 0 procédure engagée… Des experts alertent !


Lire aussi :


Un commentaire sur ““Il y a des barrières” : Zeghmati avoue ne pas pouvoir récupérer “3 Milliards €” transférés à l’étranger !

Ajouter un commentaire

  1. ils sont où les juristes algeriens…certainement pas en Algérie ….pouvoir pourri….justice gangrénée à leur tête cet homme à la marque (me…de) sur le front

Répondre à fleur Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :