7 morts dans des inondations à Chelef : Hakim Laalam demande “Salat El Djaffaf”

Sept personnes ont trouvé la mort dans des inondations à Oued Sly dans la wilaya de Chlef dans la soirée de samedi 6 mars, suite à des pluies torrentielles, indique un dernier bilan la Protection civile paru ce dimanche 7 mars.

Les victimes ont été emportés par les eaux, après le débordement de l’Oued Meknassa dans la région de Sidi Laroussi, selon la même source.

Ainsi, le miracle s’est produit. Moins de 24h après l’exécution de la fameuse « Salat Istiskaa » (prière pour la pluie), les pluies se sont abattue sur l’Afrique du nord (comme l’avait prévue la météo depuis plusieurs semaines).

Lire article : Les religieux appellent à “Salat El Istisqa” : Le Docteur Berrekla sort les prévisions Météo du mois de mars !

« Salat Istiskaa » : Hakim Laalam commente

Quelques heures avant les inondations, dans une publication facebook, le chroniqueur du Soir d’Algérie, Hakim Laalam, ironisait sur cette prière programmée alors que la météo les avait prévue depuis plusieurs semaines déjà :

« Pluie, orage et vents ce soir. Bon ! Si ça ne s’arrête pas, si ça déborde et si ça débouche sur des crues, on fait quoi? Salat El Djaffaf ??? (prière de la sécheresse)

Le 3 mars 2021, ce même chroniqueur écrivait sur son mur facebook :

« Ma contribution de fin de journée aux économies de budget: vu la tournure des choses, supprimons Météo Algérie, mettons au chômage technique toutes et tous les météorologues du pays et déléguons aux affaires religieuses la mission divine de nous prêcher le temps qu’il fera demain et de nous dicter de sortir couverts ou pas. Haya Sidi! Net’mahablou? Et ben net’mahablou franco de port! »

Sur le Net :

Sur les réseaux sociaux, plusieurs observateurs n’ont pas manqué de commenter l’absurdité et irresponsabilité du comportement des responsables algériens.

L’auteur et journaliste Mouna Bekkis écrit dans un commentaire :

« Au lieu de travailler, organiser rationnellement et fournir des efforts pour éviter le débordement des crues des Oued, en gérant leur ruissellement, on préfère aller vers le plus simple : « prier et inchallah, il ne se passera rien ». Ça mange pas de pain, et ne demande aucune logistique ou savoir-faire particulier. Résultat 7 morts ! »

Sur sa page Mouna Bekkis publie :

Un habitant témoigne :

Un habitant de la région témoigne devant les caméras de télévision. Il dit en substance :

« Nous vivons une catastrophe. Ils ont doté tout un pont avec une canalisation de petite plomberie de maison ! il y a des morts. Il n’y a pas d’État ! »


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :