“L’arabe, La Basmala et Le supplice du tombeau !” : aL-Sissi face aux adversaires de Benghabrit / Par Ahmed Halli

Synthèse de la chronique du journaliste Ahmed Halli parue dans Le Soir d’Algérie, ce dimanche 22 février.

La dernière bonne idée de Sissi / Par Ahmed Halli

La grande quadrature du cercle qu’ont eu à résoudre ceux qui se sont penchés, jusqu’à avoir mal au dos, sur la réforme de l’école algérienne, se résume à ce dilemme : comment réformer l’école contre les enseignants ? Comment convaincre les enseignants de renoncer à ce qu’ils ont appris à l’école, puis dans les instituts de formation, pour réapprendre une méthode et des bases radicalement différentes ? Comment amener un enseignant dont on a rempli la tête de versets et de hadiths, imparfaitement assimilés, à mettre de côté sa foi et ses rituels, pour se consacrer au métier pour lequel il est payé ?

Revenir sur des décennies de formation d’instituteurs, dont le premier souci est d’inscrire la Bismallah au tableau noir et d’effrayer les enfants avec les contes des supplices du tombeau. Car le nœud gordien du problème est là, et certains réformistes velléitaires s’y sont cassé les dents à vouloir le défaire, sans faire comme Alexandre, c’est-à-dire trancher.

Demandez à Madame Benghabrit qui étaient ses plus farouches adversaires, en plus des cadres mollusques de son ministère, lorsqu’elle a esquissé quelques timides changements.

Car, ils sont toujours là, les gardiens et marchands du temple, qui ont dressé une première barricade, celle de l’arabe, contre la réforme et érigé celle de l’Islam, une fois rassurés sur l’avenir arabe. 

Alors, mes chers amis qui avez sauté de joie à la récente initiative du Président égyptien Sissi, comment voulez-vous que ce qui a échoué en Algérie réussisse en Égypte ? Et vice-versa ?

« Ni Coran, ni Hadith à l’école » : al-Sissi lance la grande réforme de l’École Égyptienne !

La réforme du discours religieux qu’il prône depuis son accession au pouvoir est sans doute le seul point positif au crédit de Sissi, beaucoup plus agissant en matière de répression des libertés. Depuis son arrivée au pouvoir, il y a plus de sept ans, Abdelfattah Sissi n’a que ce slogan à la bouche : « Il faut réformer le discours religieux », créateur d’intolérance et de terrorisme.

Mais l’injonction s’adresse à qui ? A Al-Azhar, précisément, qui a apporté sa touche à l’intolérance et nourri par miettes le terrorisme islamiste qui sévit encore aujourd’hui, au cœur même de l’Égypte. Demander à Al-Azhar de réformer le discours religieux, c’est comme demander au scorpion de ne plus piquer, ou aux enseignants d’accepter, enfin, les réformes de Mme Benghabrit.

Toutefois, le Président égyptien semble avoir compris, cette fois-ci, qu’il ne faut pas compter sur cette institution décrépite et répressive, qu’est Al-Azhar, pour réformer quoi que ce soit.

Apparemment, il a décidé de commencer là où il aurait dû, c’est-à-dire par l’école, en restituant l’enseignement à sa vocation et les enseignants à leur métier d’enseigner.  Selon la presse égyptienne, l’idée serait d’expurger les programmes scolaires et les matières qui ne sont pas strictement religieuses de leur contenu foisonnant en versets et en hadiths.

En attendant la réaction de l’armée de théologiens, à commencer par les bataillons d’Al-Azhar et de prêcheurs en eaux troubles que l’Égypte a laissés pulluler en son sein, l’idée me paraît bonne. Trop bonne même, puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes, ni Koléa ni le ciel ne sont tombés sur la tête de Sissi, et les minarets du Caire et des pays environnants n’ont pas lancé d’imprécations.

La dernière (et seule?) bonne idée du Raïs serait même séduisante et stimulante pour d’autres pays, pour peu qu’elle connaisse un début d’exécution…

Chronique intégrale


« Ni Coran, ni Hadith à l’école » : al-Sissi lance la grande réforme de l’École Égyptienne !


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :