“L’État Algérien se doit de lui verser 14 Milliards !” : Les avocats de Nekkiche demandent réparation…

Dans son édition de ce dimanche 14 février, Le Soir d’Algérie rapporte que les avocats de l’étudiant et ancien détenu Walid Nekkiche sont revenus, hier, lors d’une conférence de presse, sur les violences subies par ce dernier alors qu’il était en garde à vue dans les locaux des services de sécurité. Ils ont appelé l’Etat à respecter ses engagements internationaux, mais également à rendre justice à l’étudiant qui aurait même subi des violences sexuelles et la punition de ses tortionnaires.

Dans son intervention, l’avocate de Walid Nekkiche, Nacéra Haddouche, qui avait déposé plainte pour les violences subies par son client, a exprimé sa colère contre les sévices subis par l’ancien détenu qu’il avait révélé, lors de son procès au tribunal de Dar-el-Beïda. Elle a appelé l’Algérie à respecter et à appliquer les conventions internationales contre la torture qu’elle a ratifiées ainsi que la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui souligne, dans son cinquième article, que «nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants».

L’oratrice a cité également l’article 171 de la Constitution de 2020 qui stipule que «dans l’exercice de sa mission, le juge est tenu d’appliquer les traités ratifiés, les lois de la République et les décisions de la Cour constitutionnelle».

Ainsi, les avocats et les membres du comité ont été unanimes à appeler à rendre justice à Walid Nekkiche tout en saluant son courage, estimant que ses tortionnaires doivent rendre des comptes.

Il faut rappeler que le parquet général près la cour d’Alger a ordonné, la semaine passée, au procureur de la République près le tribunal de Bir-Mourad-Raïs d’instruire une enquête préliminaire sur les faits avancés par l’ancien détenu et chargé la police judiciaire compétente de cette mission.

Sur internet…

Plus concrets, les internautes n’ont pas manqué d’être plus précis. L’Auteur et journaliste Mouna Bekkis (Propriétaire de Ma Revue De Presse DZ) écrit sur sa page facebook : « Le sacrée chez les responsables algériens c’est le fric et juste le fric. Donc c’est là qu’il faut taper. Il faut demander un dédommagement financier ! ». Selon une estimation qu’elle dit avoir alignée sur le salaire d’un député algérien, elle évoque 30 millions de centimes (1500 euros) pour chaque mois passé en prison. Soit 420 millions (21.000 €). Ce qui est une fourchette basse, dit-elle. (le jeune étudiant a passé 14 mois de détention).

Lien Facebook

D’autres estimations sont évoquées par les intervenants. L’internaute « Djaafar El Biar » estime que le dédommagement doit se faire sur la base de un milliards (centimes) (50.000 €) par mois. Soit, 14 milliards (700.000 €). Pour lui, c’est un minimum pour faire ressentir aux autorités le poids de leur responsabilité et des dédommagements à venir en cas de récidive.


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :