“Une Série Algéro-Turc sur Barberousse” : La colonisation Ottomane en Algérie / Par Mustapha Samet

Une autre écriture de l’historique devrait bientôt voir le jour. Une série télévisée, en coproduction algéro-Turque, sur le « musulman » Barberousse. Un colonisateur sanguinaire, pilleur de richesses qui a déporté de dizaines de milliers de femmes algériennes vers les harems turc, que les algériens de 2021, chez qui  la religiosité  a développé le syndrome de Stockholm font passer pour un « frère » du peuple algérien…

L’auteur Mustapha Samet raconte…  (Traduit par l’auteur Mouna Bekkis pour Ma Revue De Presse DZ)

William Spenser, professeur d’histoire contemporaines à ‘université de Floride, rapporte dans son livre « l’Algérie au temps des corsaires » (page 31) que les habitants de la ville de Dzair ont signé un accord avec les frères Barberousse.

Parmi ce que contenait cet accord :  le respect de la souveraineté de la ville. Que les habitants ne soient pas obligés de payer de nouvelles taxes. Que personne ne perturbe leurs commerces. Que l’aide des frères Barberousse se limite à la récupération d’un ilot sur lequel était bâti une forteresse (éloigné de la cote de prés de 150 m occupé par les espagnoles, qui perturbait la navigation vers Dzair). Les turcs n’ont pas réussi à prendre cette forteresse.

Par la suite, Aroudj a commencé à se comporter comme maitre de la ville. Ce qui a poussé Salim at-Toumi (prince de la ville de Dzair) à aller à Blida pour s’allié à la tribut TAALIBA (de laquelle est issu) pour mener une guerre contre les turcs qui se sont accaparé de son royaume (Dzair).

Aroudj a eu connaissance du plan du prince. Il lui a alors fait miroité qu’il voulait trouver un accord et l’a invité à Dzair. Tombé dans le piège de Aroudj, le prince Salim fut pendu avec son propre turban alors qu’il faisait ses ablutions pour la prière du Dohr.

Et c’est à partir de là qu’a commencé l’hégémonie des corsaires turcs sur Dzair, en rompant les accords qui avaient été signés.

L’historien Turc Azzi Semmah écrit dans son livre « Les turcs ottomans en Afrique du Nord » que durant la même année de l »entrée de Aroudj dans la ville de Dzair en 1516, l’émir de Tenes et les habitants de la Mitidja ont signé un accord avec les espagnols chrétiens contre les turcs musulmans. 

Le fils du prince Salim at-Toumi a également eu recourt au prince d’Oran et tout deux se sont également allié aux espagnols.  

De son coté, le prince de Tlemcen a envoyé une lettre officielle au roi d’Espagne dans laquelle il lui demande son aide contre les turcs. Le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros  a, ainsi, donné ordre en 1516 l’envoie de 35 navires de guerres chargés de 15.000 soldats aux ordres de Pedro Navarro. Leur mission était de défendre les algériens, mais ils ont été vaincu.

Durant cette période également, Jijel était sous la domination du frère de Aroudj, nommé Rais Khadar. Les habitants de Jijel ont réuni de grandes sommes pour avoir recours à l’aide espagnol pour se débarrasser des corsaires turcs. Aroudj a eu l’information de ce plan et l’a fait échouer.

Aroudj a également attaqué les villes de Médéa, Milliana, Blida (avec l’aide des immigrés de retour d’Andalousie). Il les a fait tomber une à une. Puis s’est attaqué à Tenes qu’il a pris après 2 jours de siège. Les habitants de Tenes avaient par la suite été sujet à de lourdes taxes et tout leurs biens (or, bijoux…) leurs furent confisqués.

En 1518, Aroudj fut tué durant sa tentative de prendre Tlemcen qui s’était allié aux espagnols pour contrer l’invasion turc. C’est son frère KHadar qui lui a succédé. Mais il a fait face à la résistance de la ville de Tenes et de Cherchel.

Puis Ahmed Oulkadi, leader de la région de Kabilye a fait une déclaration de guerre aux frères Barberousse. Il a officiellement saisi le sultan ottoman Selim 1er en lui proposant un pacte entre l’Algérie et les ottomans. Chose que le sultaan ottoman a accepté.

Les habitants de la coté entourant Dzair se sont rebellés contre la présecet turc et ont comploté avec les habitants de la ville de Dzair pour anéantir les turcs. Le plan consistait alors à  mettre le feu aux navires turcs et une fois que les turcs sortis de la ville pour secourir leur flotte, les habitants devaient fermer les portes de la ville. Les turcs encore une fois ont eu vent du plan et l’ont fait échouer. Les instigateurs furent tous pendus.

La colonisation turc en Algérie aura durée 3 siècles. Malgré leur nombre réduit, ils ont réussi à s’imposer en utilisant parfaitement la politique de « diviser pour régner » qui a créé des fractionnement des tributs aux intérêts divergents. les turcs s’occupaient essentiellement à lever des impôts qu’ils envoyaient à Istanbul. Et à chaque rébellion d’une tribut, ils confiaient la tache à une autre tribut pour y faire face.

Au final seul la région de Kabylie a maintenu la guerre contre les turcs. Notamment la Le royaume de Koukou et At Abbes et ce jusqu’à l’arrivée du comte de Bourmont  en 1830. Le Dey Hussein a remis les clefs de la ville à la France en contre partie de le laisser partir avec sa famille et ses biens.

 Seuls Ahmed Bey a envoyé des lettres à Istanbul pour demander des renforts pour combattre les français. Mais elles  sont restées lettres mortes.

Et durant la guerre de libération algérienne, la Turquie a refusé de voter en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Enfin, aujourd’hui, malgré tout ce qui s’est passé, des algériens pensent à réaliser un film en l’honneur de ces sanguinaires.

 Traduit par l’auteur Mouna Bekkis pour Ma Revue De Presse DZ

L’islamologue commente la production de cette série

Même si vous faites 1 million de séries… La colonisation restera la colonisation.
Et l’oppression oppression, même si l’oppresseur est musulman et se proclame de l’islam.

Lire aussi :



Un commentaire sur ““Une Série Algéro-Turc sur Barberousse” : La colonisation Ottomane en Algérie / Par Mustapha Samet

Ajouter un commentaire

  1. C est quand pas possible et rageant de constater ce qu’est devenu ce peuple …si vaillant en d’autres temps avec de vrais hommes et femmes… rageant de le voir lobotomisé ….incroyable ce produit de 50 années de gabegie voulue et entretenue…et qui se perpétue….Courage à ceux qui y croient entre autre Amine Zaoui Said Djabelkheir et tant d’autres mais tellement infime…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :