Scandale à El Khroub : Le Maire rebaptise le CSC Dr Jean Massebœuf par Mohamed al-Ghazali !

Des images circulant sur le net montrent la tentative du maire d’EL Khroub (Constantine) de dé-baptiser le Centre de Santé Communautaire portant le nom du révolutionnaire algérien le Docteur Jean Sadek Massebœuf. Le maire et les membre de l’assemblée communale auraient opté pour plusieurs propositions de personnalités (en majorité des religieux issus du moyen orient), parmi lesquels est cité, Mohamed al-Ghazali, l’imam qui s’est réjouis de l’assassinat de l’écrivain Égyptien Faraj Fouda, le 8 juin 1992 au Caire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans son édition d’hier dimanche 10 janvier, El Watan est revenu sur la stratégie de ces « élus » (FLN et RND) pour arriver à cette fin.

Ainsi, le quotidien révèle que le siège où la délégation locale de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a été installée lui a été accordé par le président de l’APC de cette grande agglomération de Constantine… au détriment du Centre de santé communautaire.

Le quotidien écrit : « Dans cette affaire qui a tourné au scandale, il y a double injustice : d’abord, en procédant de la sorte, le maire du Khroub a voulu priver sa commune d’un centre unique en Algérie, et très utile contrairement aux apparences, car dédié à la société civile pour se prendre en charge sur les questions de la prévention et de l’éducation sanitaire.

Ensuite, les images de cette «dépossession», qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux, ont montré la tentative déguisée de dé-baptiser le centre et enlever le nom du valeureux médecin algérien, le révolutionnaire Jean Sadek Massebœuf ».

Dr Jean Sadek Massebœuf : Un révolutionnaire algérien pas arabe…

D’origine française, Jean Sadek Massebœuf avait fait le choix de l’Algérie et a rejoint les rangs de la lutte anticolonialiste dès 1955. Un choix qui lui vaudra de nombreuses et lourdes condamnations à la prison, d’où il ne sortira qu’à l’indépendance.

Comme de nombreux cadres communistes, il a consacré sa vie à construire une Algérie où règne la justice sociale. «Médecin des pauvres», son apport à la médecine préventive et la médecine du travail est indéniable, comme reconnu par ses pairs à Constantine.


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :