Procès Yousfi : Une décision pour 39 Milliards ? La coïncidence troublante soulevée par la Juge…

Ce qu’a suggéré la juge de la cour d’Alger lors de l’audition, hier dimanche 10 janvier, de l’ex-ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, est tout simplement hallucinant.

Ainsi,  selon la synthèse rapportée par, Le Soir d’Algérie, le magistrat lui rappelle que le 20 février 2019, il avait signé une décision en faveur de Mazouz, ce qui lui permit de dédouaner les équipements importés. La veille, soit le 19 février, il avait déposé une somme de 39 milliards de centimes au niveau de la direction de campagne de Bouteflika pour le cinquième mandat.

Une surprenante coïncidence qui a amené la magistrate à poser une question : « Est-ce une coïncidence ? Vous a-t-on appelé pour signer ? »

Youcef yousfi répond : « Je n’ai jamais entendu parler de cette question. Cela peut paraître en effet suspect, mais personne ne m’a contacté à ce propos ».

La juge interroge également l’ancien ministre à propos de 14 décisions techniques qu’il avait signées en faveur des opérateurs qui ont été admis pour exercer l’activité de montage automobile.

Youcef Yousfi : « Ces décisions entrent dans le cadre de l’encouragement de l’activité, afin de sortir de son aspect commercial vers l’aspect industriel. Ces décisions ne donnent aucun avantage. Elles avaient deux objectifs : confirmer l’existence du projet et confirmer que les équipements importés (SKD-CKD) entraient dans le cadre de l’activité pour qu’ils soient dédouanés».

La juge observe que ces décisions techniques ouvrent la porte aux avantages, puisque c’est sur leur base que les opérateurs accèdent aux avantages en matière d’exonération fiscale et toutes les autres facilitations.

Sur la défensive, l’ancien ministre explique que son travail était de signer ces documents qui sont élaborés par un comité d’évaluation technique. Il ajoute que les avantages sont accordés par le CNI (Conseil national d’investissement), et non par le ministre.

« Est-ce que vous connaissez les membres du comité d’évaluation technique ? », demande la présidente de la séance.

« Non, mais j’avais confiance en eux. Ils étaient compétents », répond l’accusé, suscitant l’étonnement de la juge. « Vous signez des documents sans les vérifier ? Donc, votre rôle était négatif et non positif ? », lance la juge.

« J’avais d’autres choses à faire », répond le ministre en expliquant la multitude de ses tâches.


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :