“On ne m’a rien donné, je l’ai acheté suite à un appel d’offre” : Reda Kouninef explose le dossier du Juge !

Ce deuxième jours du procès en appel des frère Kouninef a été des plus tendu. Décrit par la presse comme refusant de se laisser abattre, Réda Kouninef aura été la vedette de ce procès durant lequel il n’a pas manqué de rectifier les approximations du juge tout en répondant d’un ton sec et argumenté.

Il commencera par donner le ton de sons système de défense en déclarant : « Permettez-moi de parler en français, j’ai été poursuivi en tant que dirigeant de la société, or je ne le suis pas. J’étais actionnaire seulement dans 6 sociétés sur les 46 mentionnées dans le dossier ».

La suite le confirmera :

Reda Kouninef : Par deux fois dans ma vie je me suis retrouvé poursuivi sur la base d’informations erronées. Nous avons acheté Cogral  dans le cadre d’une privatisation. J’ai passé le contrat de renouvellement, et passé sur un autre dossier en 2009, une annexe d’activité dans le port.

Juge : Vous parlez de KouGC qui est dirigé par Bentahar.

Reda Kouninef : Je ne parle pas de Cogral.

Le Juge : Qui vous l’a donné?

Reda Kouninef : Nous l’avons acheté.

Juge : Combien ?

Reda Kouninef : 420 milliards de centimes dans le cadre d’un appel d’offres.

Juge : Dans la concession portuaire, vous avez demandé 4 hectares et en avez pris 700 hectares.

Reda Kouninef : Le projet Nitris, nous en avons demandé 1000 hectares.

Juge : Comment Bentaher (DG de KouGC, NDLR), pouvait-il vous mener en bateau, je pense que vous êtes le chef ?

Reda Kouninef : Je ne peux pas diriger seul une entreprise  qui emploie 3000 personnes. Et je ne peux pas tout voir.

Juge : CouGC a acquis Corgal sur une base consensuelle?

Reda Kouninef : Non, c’était par le biais d’un appel d’offres, 7 entreprises y ont participé, et nous avons remporté l’appel d’offres.

Juge : Vous aviez eu un prêt de 1000 milliards de centimes pour le projet du parc en 2016?

Reda Kouninef : Personnellement, je n’ai pas pris.

Juge : Vous avez pris un projet à Tamanrasset ?  Il y a aussi un prêt de 2500 milliards de centimes?

Reda Kouninef  : Non, il n’y en a pas.

Le procureur requiert…

A l’issu des plaidoiries, le procureur général près la Cour d’Alger a requis des peines allant de 10 à 18 ans de prison ferme, assorties d’une amende de 8 millions de DA avec la saisie des biens à l’encontre des frères Kouninef et Keddour Ben Tahar, gérant du groupe KouGC, poursuivis notamment pour « trafic d’influence », « blanchiment d’argent » et « obtention d’indus avantages ».

  • Redha Kouninef : 18 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de DA.
  • Karim-Abdelkader Kouninef : 15 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de DA.
  • Tarek-Noah Kouninef : 15 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de DA.
  • Keddour Ben Tahar (DG de KouGC) : 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de DA.

Rappelons que Souad Kouninef, en fuite à l’étranger avait été condamnée en première instance à 20 ans de prison et une amende de 8 millions.


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :