Quand un Ministre Algérien annonçait dans une “Chekchouka” Franco-arabe la fin du … Français ! Kamel Daoud répond…

18 Décembre : Journée Mondiale de la langue Arabe.

A cette occasion, une étape de 58 ans de bricolage politico-idéologique pour instaurer la langue arabe en Algérie… Cet évènement s’est passé en été 2019.

🔴 – Flashback – Vidéo du 8 Juillet 2019

« La place taâ el firansiya », « Parce que el-farançia », « Quelques bouldan », « Donc je prends l’engagement bach ikoun une traduction en arabe »…

Traduction : (« La place du français », Parceque le Français », « Quelques pays », « Donc je prends l’engagement pour qu’il y ait une traduction »…

Lui, c’est le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam. Dans cette déclaration télévisée, il plaide pour le remplacement du français par l’anglais. Problème : il ne maîtrise ni le français, ni l’arabe et encore moins l’anglais. Et donc c’est dans une CHEKCHOUKA « Franco-Arabe » qu’il présente son projet pour la société Algérienne…

Sur ce sujet, Kamel Daoud publiait sur sa page Facebook, le 5 Juillet :

Pendant qu’on se bat pour un pays libre, pour ou contre des élections contrôlées, un homme, un seul, intérimaire, populiste et démagogue en sourdine, organise ses propres élections, lancées sous forme de sondage, du 05 juillet au 05 aout, pour décider de « convertir » les universités algériennes à l’anglais.

Une décision stratégique, lourde de conséquences, importante pour des générations entières, est prise avec la symbolique d’une « guerre d’indépendance » mais à usage populiste, sous forme de fièvre, en s’appuyant sur un sondage Facebook (sic!) et qui sera signée par un inconnu engagé en principe pour assurer les affaires courantes et surveiller les tiroirs, en attendant un gouvernement légitime.

Pourquoi j’en parle?

Parce qu’il s’agit d’un délire qu’un effervescent entretien en toute irresponsabilité.

Je ne suis ni pour, ni contre l’usage de l’anglais, arabe, français ou mandarin.

Je suis contre l’usage démagogique de cette question, contre la légèreté et la futilité, contre la mise en opposition de l’anglais comme instrument pour « déraciner le français » au lieu de nous enrichir encore avec une autre langue.

Je suis contre la catastrophe qui s’annonce. J’en parle parce que j’ai des enfants dans l’école de mon pays.

Et je ne veux pas que leur avenir dépende d’un écervelé, ni d’un sondage Facebook, ni d’une crise d’un agité qui rêve de devenir ancien moudjahidin linguistique. Ce genre de démagogie a déjà été appliqué à l’arabisation par « téléphone » et nous a coûté beaucoup.

L’avenir de nos enfants dépend aujourd’hui d’un obscur intérimaire.


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :