“L’Américain n’est pas Anglais, le Brésilien n’est pas Portugais… Non, nous ne sommes pas des Arabes !” / Nizar Qabbani

Les véritables arabes, c’est qui ? Par Nizar Qabbani

« Non, nous ne sommes pas des Arabes. Assez de mensonge, de tromperie, de fraude, de faiblesse, d’impuissance et de peur. Le Syrien n’est pas un Arabe, l’Irakien n’est pas Arabe, l’Égyptien n’est pas un Arabe, le Libanais n’est pas un Arabe, le Jordanien et le Palestinien non plus. Nous sommes des Levantins, nous sommes des Byzantins, des syriaques, des Chaldéens, des Assyriens, des Coptes, nous sommes les descendants des Mésopotamiens, des Phéniciens, des Pharaons, nous sommes du Levant et de son peuple autochtone.

Nous ne sommes pas des Arabes

Assez de viol, et de falsification de l’Histoire, de la géographie, de la vérité et de la réalité.

Les descendants de l’Arabie sont les Arabes -et pour rester fidele à l’Histoire- nous disons qu’il y a des tribus arabes qui sont devenues chrétiennes mais l’arabité́ de la minorité́ ne saurait se généraliser à la majorité́ Levantine qui n’a jamais été́ Arabe. Même si nous sommes arabophones, cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes des Arabes.

L’Américain qui parle anglais n’est pas un anglais pour autant, le brésilien qui parle portugais n’est pas portugais pour autant, et l’Argentin qui parle espagnol n’est pas espagnol pour autant.

Ce sont des langues coloniales héritées d’un passé colonial.

Même si nous parlons arabe, nous ne sommes pas des Arabes et nous ne ressemblons en rien aux Arabes, ni dans la pensée, ni dans le goût, ni non plus dans la civilisation.

Eux, leur terre est le désert alors que la notre elle est celle du lait, du miel, de la figue, de l’amande, de la pomme et du raisin.

Nos ancêtres avaient cultivé la terre et s’y sont enracinés et ils y sont devenus «des authentiques» quant à vous, vous êtes des nomades, vous ne semez point et vous n’y êtes jamais enracinés.

Nos ancêtres avaient planté la vigne, fabriqué du vin et cultivé la musique, ils ont fait la fête, ils ont dansé, ils ont construit des civilisations et ont écrit des livres, vos grands-parents ont bu du sang et ils le font toujours, ils ont dansé sur des cadavres de certains d’entre eux et ont abattu certains d’entre eux pour faire la fête et ils le font toujours.

Ils ont détruit les civilisations et brulés des livres et ils le font toujours

Que ce soit dans l’histoire ancienne ou dans l’histoire contemporaine, nous ne vous ressemblons point. Notre passé est fait d’épopées, de science, et de gloire, quant à vous, votre passé est une trahison, votre présent est une trahison et votre avenir est une trahison.

Nous ne vous ressemblons en rien, ni par notre passé humain, ni par notre passé chrétien, ni par notre passé musulman.

Les musulmans de mon pays, sont des musulmans aimants de la science, de la vie, alors que vous avez élevé des peuples emplis de haine, de complexes, de maladies, qui adorent la mort.

Notre passé est une civilisation, une science, une littérature, une musique, une poésie, votre passé est fait de sang, d’invasions, de haine et de convoitises.

Celui qui est devenu musulman dans mon pays, après l’invasion arabe, a gardé sa noblesse sociale, ses traditions, et ses coutumes et même celui qui a vécu parmi nous est devenu l’un des nôtres du point de vue social, nous avons mangé ensemble, dansé ensemble, ri ensemble et pleuré ensemble, mais vous, vous ne changez jamais.

1400 ans et vous ne changez jamais et quand vous vous êtes rendu compte que vous n’arriverez pas à nous changer, vous avez détruit notre pays, notre patrimoine, notre coexistence et vous nous avez détruit.

Le musulman Levantin n’a plus foi en vous, vous le dégoutez plus que vous l’êtes pour un chrétien Levantin. Nous vous avons enseigné, construit vos villes, vos hôpitaux et vos universités et préservé́ votre langue.

Si seulement nous ne l’avons pas fait, si seulement nous vous avons laissé à la justice de Dieu et votre destin plus foncé que votre pétrole. Nous étions un pont entre vous et l’occident et vous êtes devenus un outil entre les mains de l’occident pour détruire notre orientalité. Nous vous avons connu à travers vos fruits, un passé barbare, fait d’humiliations et de fractures.

Rappelez-nous une seule victoire à vous ? Ou une seule gloire à vous ?

Vos victoires se réduisent à l’anéantissement de l’autre, du frère à frère, du fils à son père pour le pouvoir, ou pour une femme, ou pour un chameau, ou encore pour un âne.

L’occident vous a écrasé́, celui-là̀ même que vous taxez d’infidèle et vous lui léchez quand même les pieds pour qu’il préserve vos trônes, et voler ensuite les deniers des pauvres pour remplir ses (l’occident) banques.

On en a assez et on ne couvrira plus jamais cette farce à partir d’aujourd’hui.

Nizar Qabbani, Ecrivain et Poète Syrien

NDLR : Nizar Qabbani est un célèbre poète Syrien, né le 21 mars 1923 à Damas, et décédé le 30 avril 1998, à Londres.

Lire aussi :


Un commentaire sur ““L’Américain n’est pas Anglais, le Brésilien n’est pas Portugais… Non, nous ne sommes pas des Arabes !” / Nizar Qabbani

Ajouter un commentaire

  1. Moi Nasser petit immigré ou plutôt fils d immigré, je ne me reconnais dans ces crises identitaires, s agissant de l Arabe comme langue , très bien ,jolie langue pour qui la maîtrise et ,alors celui qui ne la maîtrise pas qu est ce que ça peut faire, le coeur a une langue qui lui est propre, elle s appelle sincérité , certains ont un besoin de reconnaissance qui confine à l arrogance moi l Arabe, moi ceci moi cela ! Vaines chimères, nous appartenons tous à Dien et le seul langage qu,Il reconnaît est l humilité. Mon identité est l humilité à Dieu ne plaise, je vous laisse la gorille de la filiation, enfin vous savez bien que toutes les langues sont belles lorsque elles parlent d amour, le reste relève d, une maladie de l âme que Dieu, nous préserve, merci .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :