Une “fetwa” pour satisfaire Bedoui : Les révélations de l’ex-wali de Tipaza lors du procès Hamel…

Un autre nom de responsable, qui ne fait l’objet pour l’heure d’aucune poursuite, a résonné dans le tribunal lors de la tenue du procès en appel de l’ex-DGSN Abdelghani Hamel : L’ex-ministre de l’intérieur Nourredine Bedoui.

A la barre, Moussa Ghelai, ex-wali de Tipasa était interrogé par le juge sur le terrain attribué à Amyar Hamel, rapporte El Watan dans son édition de dimanche 2 août.

Le juge interroge l’ex-wali sur les 7 décisions signées, parmi lesquelles figures celle au profit de Amyar Hamel, malgré leur annulation par le tribunal administratif.

Ghelaï répond : «L’annulation de ces décisions a eu lieu en juillet. Tout de suite, je commençais à subir de fortes pressions. L’ex-ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, m’avait appelé pour avoir des explications sur l’affaire du fils Hamel. Il me demande de la régler en me précisant qu’il s’agissait d’une instruction du Premier ministre. Il me rappelle deux jours après et me conseille de trouver une solution. Même Saïd Bouteflika m’a contacté par téléphone pour me dire de trouver une solution à l’affaire AMC, la société du fils de Hamel et lui restituer la parcelle de terrain. Il m’appelle une seconde fois, puis une troisième fois et j’ai fini par lui dire que je suis favorable à une telle décision (….»

Le juge : «Il vous fallait trouver une sortie ?» 

Ghelai : «Oui, on l’a trouvée. On a repris la rédaction du contenu de la décision et on a ajouté un article. Durant trois mois, nous subissions une pression terrible pour trouver une solution nous permettant de sortir indemnes.» 

Le juge : «Vous avez trouvé une fatwa ?»

Ghelai garde le silence et le juge le relance : «Avec votre fatwa, des terrains privés de l’État ont été distribués à Djouhar Djazi, Djaafar Benali, Hakim Zerrad, et Zartit.» 

Le magistrat l’a ensuite interrogé sur les biens de Hamel à Tipasa, citant plusieurs localités.

Ghelai :  «En fait, ils faisaient des demandes et à chaque fois qu’ils obtiennent un terrain, la superficie ne répond pas au projet, ils changent, jusqu’à ce qu’il y a eu l’assiette de Magtaa Kheira.» 

“Il m’a ordonné de signer la décision !” : Le Wali de Tipaza enfonce Bedoui dans l’affaire Chafik Hamel…


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :