Pour éviter le Tribunal Civil, Said Bouteflika “fait le dépressif et se cache dans l’infirmerie de Blida”

Alors que sa comparution devant un tribunal civil se précise, « Saïd Bouteflika continue de se murer dans un silence de marbre et de faire le dépressif, pour ne pas quitter l’infirmerie de la prison militaire de Blida».

C’est ce que confient des sources judiciaires au quotidien El Watan qui confirme dans son édition de ce lundi 6 juillet, la prochaine comparution de Said Bouteflika devant un tribunal civil.

Lire aussi : Procès civil pour Said Bouteflika… Tayeb Louh et ses SMS enfoncent “El- Maâlem”

Ainsi, El Watan indique que le «Frère conseiller du Président déchu, Saïd Bouteflika devrait être déféré devant un tribunal civil pour plusieurs griefs liés à sa gestion des affaires de l’Etat durant les cinq dernières années ». 

« Son nom apparaît dans toutes les affaires jugées jusqu’à maintenant et celles-qui sont encore en instruction aussi bien au niveau de la Cour suprême que dans les autres juridictions…», révèlent les sources d’El Watan, précisant que des magistrats-instructeurs «ont été désignés» pour se charger de l’instruction. Ces mêmes sources, ajoutent que «le tribunal militaire de Blida, n’a statué que sur le volet lié au ‘‘complot contre l’autorité de l’Armée et de l’Etat’’.

Des inculpations qui restent pour beaucoup de spécialistes du droit discutables pour ne pas dire contestables aussi bien dans le fond que dans la forme».

Les griefs possibles contre Said Bouteflika…

Pour ces mêmes sources, les griefs reprochés à Saïd Bouteflika sont nombreux.

«Cela va des conditions dans lesquelles les fonds destinés à la préparation de la campagne du 5e mandat ont été collectés et en partie dépensés, jusqu’aux instructions qu’il a données durant tout le 4e mandat de son frère, au lieu et place de ce dernier, qui était malade et éloigné de la gestion des affaires du pays. Mais aussi de l’éventuelle ‘‘usurpation de pouvoir’’, dans le cas où il s’est avéré qu’il a agi à l’insu de son frère ».

Autre griefs pouvant être retenus selon ces mêmes sources : « sa relation avec les hommes d’affaires qui avaient la mainmise sur des secteurs d’activité économiques, bénéficiant d’indus avantages, mais surtout faisant et défaisant la politique du pays, notamment sa législation, taillée comme un costume pour eux ».

En bref, il y a matière à mener une enquête judiciaire sur tous ses actes, notamment durant le dernier mandat après la maladie de son frère.»

Selon eux, les magistrats ont déjà entamé leur mission.


Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :