Procès Ouyahia :“Où était l’IGF qui, aujourd’hui, présente une expertise accusatrice ?” (Me Benkraouda)

« Où était le ministre des Finances ? Où était l’IGF qui, aujourd’hui, présente une expertise accusatrice ».

C’est la salve qu’a lancé l’avocat de l’ex-premier ministre Ahmed Ouyahia lors du procès Haddad, Me Amine Benkraouda qui rappelle que l’enquête a été confiée à l’IGF (Inspection générale des finances, qui dépend du ministre des Finances, celui-là même qui fait partie du CPE (Conseil de participation de l’Etat), qui a décidé d’accorder les avantages aux usines de montage de véhicules, objet de cette poursuite.

«Est-ce qu’Ahmed Ouyahia a signé un quelconque marché pour le poursuivre pour abus de fonction ? Non, il n’a aucun lien avec les marchés octroyés à Haddad. Il n’est qu’un coordinateur et exécute les orientations du Président ».

De plus, relève-t-il : »Aucun des responsables n’a dit qu’Ouyahia a fait pression sur lui».

Lire aussi : Indignes images d’Ouyahia au cimetière de Garidi : “J’ai honte pour nous”, commente Rahabi…

« Ouyahia, seul poursuivi pour corruption…« 

Un autre avocat d’Ouyahia Me Fetnassi estime pour sa part que «les mêmes faits reprochés à Ouyahia ont été qualifiés par le parquet de différentes manières pour aller vers plusieurs procès», précisant que son mandant rendait compte quotidiennement par écrit et verbalement de tous ses actes au président Bouteflika.

«Dans toutes les affaires pour lesquelles il est poursuivi, il est fait état d’indus avantages, alors que ces derniers ont été prévus par la loi de finances. Le plus grave dans cette affaire, c’est que les faits remontent à 2009-2012-2015 et 2016. Ils tombent tous sous le coup de la prescription.» Il conteste les faits de corruption qui pèsent sur son mandant, en affirmant qu’aucun des «hommes d’affaires inculpés n’est poursuivi pour un tel délit»…

Selon le quotidien El Watan qui rapportait le déroulement du procès Haddad qui s’est achevé dans la nuit d’hier samedi 27 juin, les avocats étaient unanimes a noter  « l’absence de toute preuve de violation de la loi».

Pour eux, les deux ex-Premiers ministres et ministres n’ont fait qu’«exécuter les instructions du président Bouteflika» et «n’avaient pas les prérogatives de s’y opposer».


Lire aussi :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Create a website or blog at WordPress.com Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :